Absente de la scène musicale ivoirienne depuis quelques années, Lynda Amissha alias Linda de Lindasy, à plusieurs cordes à son arc. Artiste-chanteuse, elle allie musique et affaires. En studio actuellement en vue de sortir un single, l'artiste s'est prêtée à nos questions.

Qui est Linda de Lindsay ?
Je suis une artiste -chanteuse, danseuse. A l'époque, j'avais participé à Wozo Vacances en Côte d'Ivoire. Mais il faut dire que je suis aussi chef d'entreprise dans la vie active.

Tu es une bassamoise n'est-ce pas ?
Ma mère est Kroumen et mon père vient de Grand-Bassam.

L'on constate que tu allies musique et affaires ….
Oui je suis polyvalente depuis 15 ans. J'ai une maîtrise universitaire. Je participe à des œuvres humanitaires. J'ai créé en 2009, une association (Saphirat.com) pour faire connaître de nouveaux talents dans le domaine artistique et actuellement je suis en formation pour confirmer ma fonction d'animatrice. Il faut avoir de la sagesse, savoir tenir un micro devant un public. Donc, il faut une formation pour maîtriser ce métier.

Ton style musical, c'est quoi ?
Je fais du coupé-décalé depuis 2007. Je sors bientôt un single intitulé ''Amnesia'' pour demander à mes compatriotes d'oublier leurs divergences et les rancoeurs pour sauver la paix dans notre pays.

Depuis quand tu vis en France ?
Depuis dix ans.

Rencontres-tu souvent des artistes ivoiriens vivant en France ?
Oui tout le temps. Nous sommes assez solidaires à Paris. Rares sont les mésententes entre les artistes ivoiriens. On s'entraide mutuellement.

Est - c e qu'une vie d'artiste, surtout quand on est Ivoirien, est facile en France ?
C'est un peu difficile. Car dans la vie, rien n'est facile. On rencontre souvent des embûches et donc il faut savoir sauter les étapes et avancer. Mais on fait ce que nous avons à faire et on ne se plaint pas.

En 2014, tu reviens avec un nouveau single baptisé ''Djahiri''. De quoi parles-tu au juste ?
En 2005, j'ai rencontré sur mon chemin assez de méchancetés. On m'a fait assez de mal. Certaines personnes te piétinent simplement pour assouvir leur bonheur. Dans cette chanson, je dis à ces personnes que cela ne sert à rien de vouloir freiner son prochain, de vouloir détruire et de nuire à son prochain. Il y a un Dieu pour tout le monde. Cette chanson, je l'ai faite pour les colporteurs et les mauvaises langues.

Quand est-ce qu'il sera disponible ?
Dans un mois si tout se passe bien. Le single sera disponible sur tous les sites de téléchargements légaux en France et en Côte d'Ivoire. Je serai bientôt à Abidjan pour la promotion.

Que penses-tu de la piraterie ?
La piraterie ne participe pas à la survie des artistes. La piraterie nous enfonce dans la misère.

Que faire pour combattre la piraterie ?
On ne pourra pas arrêter complètement la piraterie. Il faut du temps. Mais nous pouvons la freiner. C’est-à-dire qu'il faut une volonté au niveau des artistes et des hommes du show-biz. Nous devons être unis pour défendre la même cause. Nous devons parler d'une seule voix. Faire bloc autour de nous et il faut aussi le soutien de nos fans. Ces derniers ne doivent plus acheter les CD Pirates.

Linda de Lyndsay est-elle mariée ?
J'ai un compagnon.

Tu as des enfants ?
Oui, j'en ai un.

A tes fans, que leur dis-tu ?
Je leur souhaite plein de grâces...Et au-delà, que tous leurs projets se réalisent. Qu'ils aient une bonne santé car un homme ou une femme qui n'a pas la santé, ne peut rien faire. Que Dieu vous bénisse !
Source : Star Magazine