Le projet présidentiel de logements sociaux traine véritablement en longueur. L’Etat met la pression sur les promoteurs immobiliers pour qu’ils accélèrent les travaux. Sans toutefois honorer ses engagements. Le cas du site de Songon Kassamblé (sur l’axe Abidjan-Dabou) est un exemple concret où les promoteurs ont dû arrêter les travaux pendant une semaine.
Ce site occupe une superficie de 400 hectares. C’est l’un des plus grands chantiers sur l’ensemble du territoire national. Dans le protocole signé, le 22 juillet 2013, l'Etat devrait payer 8 milliards FCFA aux propriétaires terriens et 1,7 milliard FCFA aux planteurs dont les biens ont été détruits.
Mais, sur ces 8 milliards FCFA, le collectif des propriétaires terriens indique que seulement 600 millions FCFA ont été versés. Ce en trois phases, après moult actions de révolte. Le solde (7,4 milliards FCFA) n’a jusque-là pas été apuré, alors que ce devrait être le cas au plus tard le 24 janvier dernier, selon les dispositions de l'article 6 du protocole. Les multiples rendez-vous au ministère de la Construction n'ont rien donné non plus.
Prenant leur mal en patience face à ce qu'ils considèrent comme une arnaque, les 59 propriétaires terriens et les 270 planteurs qui forment le collectif, ont lancé un ultimatum au gouvernement, pour fin mai dernier, au risque de bloquer le chantier. L’Etat ne s’est pas exécuté et le chantier a été bloqué. Et ce n’est qu’après que l’Etat a versé 400 millions FCFA que les travaux ont repris, après une semaine d’arrêt.
Selon l’un des promoteurs que nous avons rencontré sur le chantier, le projet n’avance pas contrairement à ce que raconte le gouvernement. Il a révélé que sur une trentaine d’entreprises qui doivent exécuter les travaux sur le site de Songon, seulement une dizaine sont en activité. C’est alors qu’il exprime son étonnement quant aux menaces du ministre de la Construction, du Logement, de l’Urbanisme et de l’Assainissement, Mamadou Sanogo, de rompre le contrat des entreprises qui ne vont pas honorer leurs engagements. Tels que construire les logements dans le délai, réaliser les Vrd secondaires, etc. «C’est en principe à l’Etat de réaliser les Vrd primaires pour faciliter la tâche aux entrepreneurs. Dans tous les cas, aussi longtemps que les Vrd primaires ne seront pas réalisés, les propriétaires ne devraient habiter leurs résidences puisqu’il manquerait l’eau, l’électricité, les routes, etc.», a-t-il dit.
autre presse