La justice  de Mr de Ouattara  a condamné vendredi David Samba, membre du directoire de la Coalition nationale pour le changement (CNC), principale plateforme de l’opposition en Côte d’Ivoire, à « six mois de prison ferme pour troubles à l’ordre public » lors des marches éclatées mi-septembre à Abidjan et l’intérieur du pays, selon son entourage.

 

M. Samba est également accusé de « destruction de biens privés, attroupement non armé » pendant ces manifestations et « discrédit sur décision de justice » en rapport avec la validation par le Conseil constitutionnel de la candidature de l’actuel chef de l’état Alassane Ouattara, a indiqué à ALERTE INFO, un responsable de cette coalition.

 

 

 

A l’appel de la jeunesse de la CNC, des personnes avaient manifesté brièvement les 10 et 11 septembre, au lendemain de la publication de la liste définitive des candidats à la présidentielle d’octobre « pour protester contre le refus » de M. Ouattara de dialoguer avec cette plateforme qui contexte l’éligibilité de l’actuel chef de l’état et exige « des conditions d’une élection transparente ».

 

Ces manifestations se sont soldées par une vingtaine d’arrestations dont David Samba interpellé le 12 septembre à son domicile à Yopougon (Ouest d’Abidjan), deux personnes tuées et 52 autres blessées, selon un bilan des organisateurs.

 

 

L’avocat de M. Samba devrait faire appel à cette décision, a ajouté la même source.

autre presse