Lancée mi-mai, l’objectif de cette coalition qui réunie une vingtaine de personnalités politiques issues de l’opposition est « d’obtenir les conditions d’élections justes et transparentes qui sont loin d’être remplies », a-t-il déploré.

 

« Si les conditions ne sont pas réunies, la CNC n’ira pas aux élections », a menacé le porte-parole, appelant à un dialogue avec le gouvernement pour renégocier les conditions d’organisation de la présidentielle comme l’exige depuis des mois cette plateforme, dénonçant une commission électorale « déséquilibrée » au profit de l’actuel chef de l’Etat.

 

Jean-Jacques Béchio a par ailleurs expliqué que la CNC n’a pas signé mercredi le code de bonne conduite des candidats à la présidentielle car la cérémonie « a eu lieu à la présidence » et non sur « un terrain neutre ».

 

Sous l’égide de l’ONG américaine National democratic institute (NDI), quatre candidats sur dix dont Alassane Ouattara ont signé un code de bonne conduite au palais présidentiel. MM. Koulibaly, Banny, KKB et trois autres candidats indépendants étaient absents.

 

autre presse