SOURCE l notre Voie du vendredi 5 septembre 2014
Tous les prisonniers politiques incarcérés à la maison d’arrêt
et de correction  d’abidjan(maca), au moins 300 personnes, observent depuis le lundi 1er septembre dernier une grève de la faim dans ce pénitencier, avonsnous constaté sur place. hier matin au cours de notre passage, des détenus politiques
ont refusé de recevoir de la visite alors que c’était un jour de
« communiqué », c’est- à- dire un jour de visite. cloîtrés dans leurs cellules au bâtiment des assimilés et au bâtiment c (réservé aux criminels), ces détenus se sont abstenus de
descendre de leurs immeubles. selon des sources pénitentiaires, les prisonniers politiques sont incarcérés pour
la plupart depuis le renversement du président laurent
gbagbo. « Ils se plaignent des mauvaises conditions de détention et surtout du mépris affiché par les nouveaux
dirigeants du pays quant à leur libération ou à tout le moins
leur jugement afin qu’ils soient  situés sur leur sort. Sinon
comment comprendre qu’un homme puisse croupir dans
une prison sans être entendu par un juge ni savoir le motif
pour lequel il est détenu ?Veut-on le tuer à petit feu
sous prétexte qu’il aurait supporté le président Gbagbo ?
C’est absurde ! » s’est offusquée une source qui a requis
l’anonymat. informé de la grève de faim des détenus politiques, le directeur de l’administration pénitentiaire(dap) a entamé des négociations avec les grévistes lundi dernier pour décanter la situation qui perdure.