Blé Arsène Léandre est-il un cleptomane invétéré ? « Je ne sais pas ce qui m’arrive depuis que je suis entré à la gendarmerie. Quand j’étais civil, je ne faisais pas ça. Depuis que je suis devenu gendarme, j’ai des problèmes. Je ne suis pas digne de poser de tels actes », s’est défendu hier à la barre du tribunal militaire d’Abidjan, à la salle de conférences de l’Etat-major des armées au Plateau, le Mdl Blé Arsène Léandre, précédemment en service à l’escadron 5/4 de Séguéla et condamné en 2014 à 10 ans de prison ferme pour vol et violation de consignes.

 

 Radié des effectifs de la maréchaussée en octobre 2015, Blé Léandre était en détention à la maison d’arrêt militaire d’Abidjan (Mama) lorsque le 13 février dernier, le ripoux réussit à s’évader du pénitencier militaire. En trompant la vigilance des surveillants militaires. « Je me suis caché sous une poubelle pour fuir parce que le chef de poste adjoint de la prison militaire, le caporal-chef Hien Sansan tardait à donner suite ma demande orale de permission relative à mon 2ème enfant qui est tombé du 2ème étage d’un immeuble à Yopougon(…) Comme le prix de l’ordonnance était élevé, je sui entré dans une maison, dans un immeuble près de la mosquée Koudouss à Yopougon, qui n’était pas fermée et j’ai pris de l’argent 50.000F.cfa dans un tiroir. C’est en sortant de la maison qu’une dame m’a vu et a crié au voleur pour que je sois interpellé », a relaté Blé Léandre. 

 

Mais, le président du tribunal, le juge Kouadio Koffi a rappelé que Blé Léandre avait un trousseau de clés avec lequel il opérait en 2014. Pis, le prévenu n’avait aucun remord après les actes délictueux qu’il posait. Les surveillants militaires, le sergent Kouadio Kouamé et le caporal-chef Hien Sansan, en service à la Mama, poursuivis pour violation de consignes, qui comparaissaient en citation directe, ont clamé leur innocence. Au moment où nous mettions sous presse, le procès se poursuivait toujours au tribunal militaire d’Abidjan.

 

Didier Kéi

 

Notre Voie