Samba David et quatre autres membres du comité d’organisation de la grande marche contre l‘impunité en Côte d’Ivoire, dont le secrétaire général de la Liges, le président de la jeunesse du parti communiste qui devrait se tenir ce lundi 13 octobre a la place Ficgayo de Yopougon, ont été arrêtés par des éléments de la police du commissariat du 16eme arrondissement de Yopougon.

En effet, c’est pendant qu’il accordait une interview à l’agence ivoirienne de presse (AIP), sur le lieu de rassemblement de la marche que le coordonnateur de la Coalition des indignes de Côte d’Ivoire et ces trois autres personnes ont été mis aux arrêts et conduit au poste de police du 16eme arrondissement avant d’être conduit a la préfecture de police d’Abidjan. Joint au téléphone après son arrestation, c’est un Samba David n’a pas caché sa déception face à l’attitude affichée par le pouvoir en place : « Nous sommes dans un pays démocratique et la liberté d’expression et de manifestation sont les fondements de notre constitution.

Je comprend mal l’attitude du pouvoir à l’égard de la société civile ivoirienne », a t-il affirme. Il faut rappeler que cette marche « opération justice pour tous » était organisée dans le cadre de la politique d’impunité en Côte d’Ivoire après la crise postélectorale qui a fait officiellement 3000 morts. La société civile ivoirienne dénonce le fait que ce soit un seul camp qui subisse les foudres de la justice après les événements meurtriers de la crise ivoirienne. Il faut ajouter enfin que cette marche organisée par la société civile ivoirienne avait fait l’objet d’une interdiction de la part des autorités municipales de Yopougon avec à leur tête le Maire RDR (parti au pouvoir) Gilbert Kone Kafana. Par ailleurs, Samba David avait fait l’objet d’une interpellation de la part des agents de la Direction de Surveillance du Territoire (DST) .lebandama.com