La marche des jeunes de l’opposition ivoirienne a enregistré, mardi 09 juin, quatre morts dont trois bébés, quinze blessés et treize arrestations à Abidjan ainsi que dans d’autres villes de l’intérieur, selon sles organisateurs.

Franck Anderson Kouassi et César Etou, tous membres du Secrétariat national à communication du Front populaire ivoirien, FPI, tendance Abou Drahamane Sangaré, estiment que ces manifestations éclatées ont enregistré quatre morts dont « trois bébés par inhalation » de Gaz au Centre social de Gagnoa dans le centre-ouest de la Côte d’Ivoire.

Le quatrième mort a été enregistré à Guiglo dans l’extrême-ouest de la Côte d’Ivoire où des militants du Rassemblement des républicains, RDR, parti au pouvoir, se seraient pris aux manifestants.


S’agissant des blessés, MM. Kouassi et Etou en dénombrent quinze : dix à Bonoua (Sud d’Abidjan) jugés « graves », un à Gagnoa et quatre à Daloa (Centre-Ouest) dont un dans un état « grave ». Dans le district d’Abidjan, ils notent deux arrestations à Yopougon à l’ouest de la capitale économique ivoirienne.

L’opposition ivoirienne réunie au sein de la Coalition nationale pour le changement (CNC) avait appelé les Ivoiriens à manifester, mardi 09 juin, pour dénoncer la gestion du pouvoir par le Président Alassane Ouattara.

Cette coalition a pourtant clamé son non-implication dans ces manifestations à APA et par la voix du Docteur Théodore Konimini, Directeur de Cabinet du député Bertin Konan Kouadio dit KKB, membre de la CNC :
« La CNC n’est pas concernée par ces manifestations. Nous y sommes totalement étrangers », a-t-il déclaré à APA.
« Le jour où la CNC décidera de manifester, elle enverra une figure bien connue pour informer par voie de presse », a-t-il ajouté.

La CNC réclame notamment, de meilleures conditions pour des élections présidentielles plus transparentes et ce à travers la reconstitution de la Commission électorale indépendante (CEI) qu’elle juge ‘’déséquilibrée » et proche du pouvoir.
Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Source : APA