Postée sur Twitter mercredi à la mi-journée, la vidéo a déjà été vue plus de 60.000 fois. Vraisemblablement filmée via Snapchat, on y voit deux individus en kamis (vêtement long porté traditionnellement par les hommes musulmans) et jilbab (un vêtement féminin composé d’une longue robe et d’une capuche couvrant corps et cheveux) interpeller un troisième individu, dans le quartier de la Bricarde, dans le 15e arrondissement de Marseille. On aperçoit enfin un policier en tenue de service prêter main-forte à ses collègues.

« Il s’agit d’une interpellation par des effectifs de la police nationale, issus de la brigade spécialisée de terrain », confirme un porte-parole de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP). « Cette interpellation, qui s’est produite ce mercredi en fin de matinée, a été faite dans le cadre d’une lutte contre le trafic de stupéfiants » toujours selon la DDSP.

L’homme arrêté portait sur lui 1,2 kg de cannabis. Il a été placé en garde à vue, ainsi que deux autres personnes de ce même « petit réseau ». Ce type de procédés correspond selon cette même source à un « subterfuge pour procéder à des interventions qui existe dans la police depuis des années ». Et d’ajouter : « C’est une technique comme une autre, pas fréquente mais utilisée quand il y a difficulté. Le but est de procéder à l’interpellation et d’agir rapidement, en évitant que l’individu prenne la fuite. »

Une attitude certes commune mais choquante pour le coup. Un avis que partagent les internautes et même certains policiers. Luc Poignant de l'Unité SGP Police-Force Ouvrière en fait partie. « Lorsqu’il y a une action de police, cela s’effectue généralement soit en tenue de civil dite classique, soit dans la tenue de service qui correspond. L’idée est de se fondre dans la masse, mais pas jusqu’au bout quand même ! » regrette-t-il.