Les représentants du Front populaire ivoirien (Fpi) en Angleterre, en France, en Italie, en Suède, en Belgique, en Suisse, aux Etats-Unis, au Canada, en Afrique du Sud, au Burkina et au Sénégal. Considérant que la crise actuelle est née de la décision prise le 4 juillet 2014, par le président du Fpi, Pascal Affi N'guessan, réaménageant profondément le Secrétariat général ; laquelle décision a été déclarée «en tous points, non conforme aux textes et à la pratique en vigueur au sein du parti» par le Comité de contrôle et qu’il a dû modifier. Considérant que malgré les conclusions et recommandations d’un Comité de médiation composé de personnalités de bonne volonté, le président Pascal Affi N'guessan a continué de se comporter comme le chef d’un clan à l’intérieur du parti, au lieu d’agir, en sa qualité de président de tout le parti, pour rassembler et rechercher l’indispensable synthèse des opinions qui, conformément aux textes du parti, s’expriment en son sein. Considérant que sous le prétexte d’une guerre de positionnement qu’auraient engagé certains camarades contre lui, en vue le «débarquer» de son poste, le président Affi n’hésite pas à se démarquer de la ligne idéologique du Fpi, à fouler au pied les décisions du Comité central et à prendre en otage le groupe de presse «La Refondation», qui appartient au parti. Considérant que dans cette guerre sans merci et sans limites, Pascal Affi N’guessan, candidat pour se succéder à lui-même, n’a eu aucune gêne à s’attaquer à son bienfaiteur et au fondateur du Fpi, le Président Laurent Gbagbo, dont il qualifie la candidature d’imposture et dont il traite les soutiens de faussaires. Considérant qu’à l’analyse de la lettre, qu’il a adressée au Comité de contrôle pour demander le rejet de cette candidature, il est clair que Pascal Affi N’guessan prend comme allié et base essentielle de son argumentaire, l’incarcération du Président Laurent Gbagbo dont il semble désormais
parier sur une condamnation à une longue peine et donc, sur un non-retour. Lancent un appel pressant au président Pascal Affi N’guessan pour qu’il prenne des initiatives urgentes, fortes et courageuses pour présenter au prochain congrès, le parti aussi uni et rassemblé qu’il l’a reçu des fondateurs qui lui en ont confié la gestion, en 2001. Lui demandent particulièrement d’arrêter cette campagne honteuse engagée contre le Président Laurent Gbagbo, notamment dans le journal Notre Voie qui est la propriété du parti, donc de tous les militants. L’encouragent à se ressaisir et à aller vers son maître et bienfaiteur, le Président Laurent Gbagbo, pour renouer le fil de la confiance qui n’aurait jamais dû se distendre et lui proposent leur intermédiation. L’informent qu’en tout état de cause, ils ont décidé de soutenir la candidature du Président Laurent Ggbagbo à la prochaine élection au poste de président du parti, à l’occasion du 4e Congrès ordinaire prévu du 11 au 14 décembre 2014.
Abdon Georges Bayeto : Angleterre, Hortense Adé-Assalé : France, Aimé Dano : Italie, Bernard Touna Gueu : Belgique, Jean Claude Okou : Suède, Vincent Yayaud : Suisse, Kouakou Sekre : Usa, Yro Djiezion : Canada, Désiré Gadji Dobé : Burkina, Mesmer Zouzoua : Afrique du Sud, Ambroise G. Gnahoua : Sénégal
autre presse