(1- LA POLICE LUI TEND UN PIÈGE )

« Le 24 février 2017, assise chez moi en compagnie de mes sœurs, je reçois un coup de fil. Un homme, à l’autre bout, se présente comme un de mes prétendants. Je ne le reconnais ni à travers le nom qu’il me donne, ni à travers sa voix. Je le lui fais remarquer. Mais, il insiste. Selon lui, on se serait rencontré à Yopougon, un quartier que, bien évidemment, je fréquente pour y avoir des parents. Dans le doute, il propose que nous nous rencontrions. Et que cela pourrait faire revenir son souvenir en moi. Toute chose que j’accepte au bout de mille et une insistances de sa part. J’habite le quartier de Marcory, dans le secteur du stade Champroux. Je lui donne alors rendez-vous dans les parages, devant l’immeuble "Bon Samaritain". Une fois à ce lieu, il m’appelle. J’y vais avec une de mes sœurs. 

À sa vue, je ne le reconnais toujours pas. Mais, lui insiste. De sorte que le doute finit par me gagner. Je me dis que c’est possible, étant donné qu’il a mon numéro et mon nom. Après quelques moments de sympathie, il me propose d’aller manger dans un restaurant à Treichville, et qu’il aurait faim. Rassurée par son allure, et surtout que nous sommes en pleine journée, j’accepte de l’y accompagner. Une fois sur les lieux, nous sommes rejoints par deux autres personnes, des hommes.

À peine, ai-je voulu comprendre ce qui se passait que mon "ami" et les deux autres inconnus me sortent des cartes, me disant qu’ils sont de la police criminelle. Aie, qu’ai-je fais ? demandai-je. Mon "ami" me montre alors un numéro de téléphone et me demande si je le reconnais. Un numéro sans aucun nom. Je réponds que non. Il me rétorque que pourtant, c’est un numéro qui t’appelle souvent. À mon tour, je lui dis qu’il est vrai qu’un numéro peut vous appeler tous les jours, mais bien souvent, c’est le nom du correspondant qui s’affiche. Il me sort alors une photo d’un jeune homme et me demande si je le reconnais.

(2- ELLE AIDE LA POLICE À SAISIR SON FRÈRE ASSAILLANT)

Effectivement, j’y reconnais un frère du village. Les trois hommes m’expliquent alors que ce jeune serait impliqué dans l’attaque de la brigade de gendarmerie de Bingerville le 20 février 2017, 3 jours plus tôt. Et qu’il fallait que je collabore à son arrestation après quoi, je serais libre moi-même. Ce que j’acceptai parce que j’avais très peur de me retrouver en prison.

Surtout que je ne sais même pas de quoi il s’agissait. Sur leurs instructions, j’appelai alors le frère et lui donnai rendez-vous à Yopougon,au carrefour Siporex. Avec mes 3 "garde du corps" rejoints subitement par, je pense, 3 autres, nous nous rendîmes sur les lieux où ils ont mis le grappin sur le frère.

(3- INGRATITUDE DE LA POLICE )

Une fois, dans les locaux de la police judiciaire, je croyais mon calvaire fini et que je pouvais tranquillement rentrer à la maison. Que non!Les policiers décident de me garder pour nécessité d’enquête. Ils m’interrogent dans tous les sens. Mais, je ne sais rien. 

Le 20 février, jour de l’attaque, j’étais à la maison avec mes parents parce que mon patron libanais était en voyage (je suis servante chez un Libanais). Ils entendent tous mes parents qui confirment que j’étais bien à la maison. D’après un des leurs qui est venu m’apporter son soutien, ils ont tracé mon portable et reconnaissent qu’effectivement, ce jour-là, j’étais à Marcory Champroux. Pourquoi continuaient-ils donc de me garder ? Je n’en sais rien!>>

COMMENTAIRES: 

Selon vous, a t-elle mal fait de collaborer avec la police pour attraper son frère, supposé assaillant? Est ce mauvais de donner un coup de main à des autorités dans une enquête? N'est ce pas ce frère, qui aurait dit à la police qu'elle est sa complice, une question de se venger pour avoir été retrouvé? 

Rappport Marie Yapo/COFED, les titres et commentaires: 
vu surle Gala Kolebi