COMMUNIQUE

Conscient que Monsieur Alassane Dramane Ouattara s’apprête à faire un passage en force en faisant fi des dispositions institutionnelles de la Côte d’Ivoire pour un second mandat, Le Mouvement pour la Démocratie en Côte d’Ivoire (MDCI) par le biais de son Président Monsieur AHOUA STALLONE vient de saisir par écrit, le Conseil de sécurité de l’ONU, le Secrétaire Général de l’ONU, le président de la république française, le président des Etats Unis d’Amérique, le président de la Russie, le premier ministre du Royaume Uni, le président de la Chine, le premier ministre de l’Espagne et le président de l’Angola afin de se saisir de ce dossier pour éviter à notre pays une énième confrontation sociale.

En effet, Monsieur Alassane Dramane Ouattara est inéligible selon la constitution de la deuxième république de Côte d'Ivoire adoptée le 23 Juillet 2000 et qui fixe en son article 35 les règles et conditions pour briguer la magistrature suprême

Cet article dispose que: « le Président de la République est élu pour cinq ans au suffrage universel direct. Il n'est rééligible qu'une fois. Le candidat à l'élection présidentielle doit être âgé de quarante ans au moins et de soixante-quinze ans au plus. Il doit être ivoirien d'origine, né de père et de mère eux-mêmes ivoiriens d'origine. Il doit n'avoir jamais renoncé à la nationalité ivoirienne. Il ne doit s'être jamais prévalu d'une autre nationalité. Il doit avoir résidé en Côte d'Ivoire de façon continue pendant cinq années précédant la date des élections et avoir totalisé dix ans de présence effective. L'obligation de résidence indiquée au présent Art. ne s'applique pas aux membres des représentations diplomatiques et consulaires, aux personnes désignées par l'État pour occuper un poste ou accomplir une mission à l'étranger, aux fonctionnaires internationaux et aux exilés politiques...».

Rappelons que suite à la crise politique qu’a connue la Côte d’Ivoire et à la recherche de la paix, les accords de Pretoria du 6 Avril 2005 avaient trouvé un arrangement politique et permis au Président Laurent Gbagbo de faire usage de l’article 48 de la constitution ivoirienne afin de permettre à Monsieur Alassane Dramane Ouattara de se présenter à titre exceptionnel aux élections de 2010.

Après donc cette période d’exception, le Mouvement pour la Démocratie en Côte d'Ivoire (MDCI) demande que soient respectées les dispositions constitutionnelles en vigueur pour les prochaines élections auxquelles il (le MDCI) présentera des candidats.


Fait à Paris le 16 Février 2015
Diaby Youssouf
Secrétaire Général