Hamed Bakayoko, député de Séguéla et Ministre de la Défense, a été choisi par le président Alassane Ouattara en personne pour aller contrer ce qui apparaît à ses yeux comme l’incarnation de la menace soroïste, l’indépendant Koné Tehfour. 

 

Face au député de la commune, le candidat du RHDP parti unifié s’est fait investir le samedi 29 septembre dernier au cours d’une cérémonie pharaonique, où tout le gotha de la République était convié. Dans la perspective de la présidentielle de 2020, la conquête ou la préservation du bastion abobolais s’avère un atout majeur.

 

En allant à Abobo, Hamed Bakayoko  est bien conscient qu’il prend un énorme pari sur sa carrière politique et qu’il joue à quitte ou double son maintien au gouvernement et la crédibilité de son mandant

 

En acceptant cette mission aux aspects périlleux, ses motivations pourraient être multiples : d’une part, montrer qu’il est le meilleur fusilier d’ADO contre Soro et, d’autre part, démontrer qu’il est le seul capable au RDR de renverser des situations dites perdues et d’être suffisamment populaire pour occuper efficacement la Primature.

Ainsi, à Abobo  se joue aussi bien le poste de Premier Ministre d’Amadou Gon-Coulibaly que le dauphinat présidentiel de Guillaume Soro pour 2020.

 

Après quatre semaines de campagne électorale avant l’heure, pendant lesquelles toute la République a défilé dans ce bourg, distribuant outrancièrement des liasses de billets de banque aux populations appauvries, la magie n’a toujours pas opéré au niveau attendue.

Malgré les trois milliards 500 millions de francs CFA investis avant la campagne, le Ministre de la Défense est toujours à la peine. Un sondage rendu disponible à la date du 27 septembre 2018 donne toujours Koné Tehfour en tête du peloton, avec 5 points d’avance sur le ministre de la Défense. Apparemment le déluge ininterrompu de billets de banque n’a pas eu raison de la conviction profonde des abobolais

 

Aussi, de guerre lasse, faute de pouvoir changer la vraie opinion des abobolais, aurait été donné en très haut lieu une sorte de quitus à un plan de passage en force du parti au pouvoir.

 

Selon des informations transmises par le camp de l'adversaire du ministre, qui lui ouvrira ce jour sa campagne au PK18, aurait été été décidé de falsifier les résultats au niveau de la CEI centrale, comme cela été fait par le passé dans certaines régions, notamment pour les législatives et le référendum.

 

Lors d'une réunion de stratégie convoquée à cet effet, aurait été décidé d’attribuer au candidat Koné Tehfour, seulement 11% des suffrages et 73% au candidat Hamed Bakayoko, les autres candidats se partageant le reste des suffrages.

Et le sens de cette démonstration de puissance financière à Abobo, pourrait être de conforter l’opinion dans l’acceptation de ces chiffres.

Il pourrait s'agir de convaincre à tout prix l’opinion que Hamed Bakayoko est populaire à Abobo.

 

 

https://koaci.com/cote-divoire-municipales-2018-abobo-premiers-bruits-plans-tricheries-123757.html