Nous avons été l'un des premiers sites web à vous informer de l'attaque d'Akouédo ce jeudi à 3 heures du matin. Même si cette information vient d'être infirmée et considérée comme une rumeur par le porte-parole du gouvernement, beaucoup d'éléments restent encore à être expliqués.

Selon les premières informations, il s’agissait du transfèrement de certains éléments des FRCI qui a mal tourné.

Ce vendredi, le porte-parole du gouvernement a démenti l'hypothèse d'une attaque du camp à nos confrères de l'AFP:
« Il n’a pas eu pas eu d'attaque, mais juste quelques rafales tirées, ce n’étaient que des tirs de sommation, comme quand quelqu'un ne coopère pas. Personne n'a rien entendu, je suis très surpris, s'est exclamé M. Bruno Koné avant de terminer: "S'il y avait eu attaque, on en parlerait ».

Une chose est certaine, les riverains de Cocody Palmeraie, Faya et Bonoumin ont entendu des tirs de détonation pendant plus d’une heure au camp d’infanterie militaire d’Akouedo, dans la nuit du mercredi à jeudi aux environs de 3 heures.

Nous avons appris que la gendarmerie nationale s’est rendue sur les lieux pour investigations, mais elle s'est vue refuser l'accès au camp par des éléments du lieutenant-colonel Koné Zakaria.
Selon nos mêmes sources, tout indique qu'une opération de ratissage du camp aurait été lancée.
autre source