Sa vie pourrait être consignée dans un roman. Mais Nestor David a choisi pour l’instant de chanter. Et bonne nouvelle, il est en studio pour un troisième album ! Succès à l’horizon ? Pour l’instant, il préfère faire le point sur sa carrière et sa nouvelle vie en tant qu’époux.

• Tu es enfin de retour…
- Je suis arrivé la semaine dernière pour participer à la croisade de l’évangéliste Benny Hinn qui a eu lieu ici, en Côte d’Ivoire. J’ai visité successivement, le Cameroun, le Burkina, L’Australie… mais il fallait que je revienne au pays pour honorer ce rendez-vous et d’autres engagements.

• ça fait quand même six ans que tu tournes avec le même album... Tu ne penses pas qu’il est temps de proposer quelque chose de neuf aux mélomanes ?
- Dans quelques jours, ils auront de mes nouvelles… Je viens de boucler mon dernier album et je suis en train de préparer sa sortie.

• Pour quand ?
- Le 24 mars sur toute l’étendue du territoire national, mais la sortie officielle se fera le 23 mars au cours d’un cocktail de présentation. C’est un album de sept titres, des compositions personnelles. Ce que je chante, je l’ai vécu et quand ça me touche, je suis mieux armé pour transmettre mes idées. C’est toute ma vie que je mets en chanson…

• Oui, mais quand même, tu en as mis du temps… Tu n’étais pas inspiré ou quoi ?
- Le même Dieu qui m’a inspiré pour le premier album n’a pas changé. Le problème, c’est que depuis la sortie de l’album en 2007, je n’ai fait que tourner en Afrique, en Europe, aux USA et même en Océanie pour des concerts. Le temps de pause a fait défaut, c’est tout.

• Le temps appartient à Dieu…
- Justement…Avec le temps, cet album a fait du bien aux gens et continue d’en faire.
Une sortie discographique se laisse découvrir, apprécier. Cela ne sert à rien d’aligner des albums juste par souci de se faire voir ou de gagner de l’argent vite fait. Il ne faut pas privilégier le côté matériel, financier, mais plutôt le côté spirituel.

•…
- Qu’est-ce que Dieu te donne comme message ? Comment le faire passer, comment faire l’œuvre du Seigneur ? C’est à ces questions que je dois répondre avant de sortir quelque chose. Là, je suis prêt à lancer de nouveaux messages et c’est pour cela que je suis entré en studio.

• Qu’est-ce que «Jésus est ressuscité» t’a apporté de plus dans ton existence ?
- Cet album m’a tout donné. Je suis parti de rien pour aller partout dans le monde et ça continue. J’ai touché des cœurs avec, j’ai vu des gens dans la souffrance extrême que cet album a soulagés. C’est une grâce.

•…
- Il y a un journaliste à Séoul qui m’a demandé si je n’avais pas peur de sortir un nouvel album, si je crois que cet album à venir aura autant de succès que le précédent. Je lui ai dit que je ne sors pas un album pour que ça marche. Je sors un album parce que j’ai un message. Le reste appartient à Dieu. S’il veut que ce soit les gens de mon village seulement qui l’écoutent, je fais avec. S’il veut que ça arrive à Abidjan ou que ça dépasse nos frontières, tout lui appartient. S’il veut m’utiliser pour combler la vie d’une ou deux personnes, si ça leur fait du bien, gloire à Dieu, le travail est fait.

• Oui, mais le succès ne fait pas de mal non plus… A preuve, des tables de marché tu dors aujourd’hui dans les plus beaux hôtels.
- En tant qu’homme je fais ce qui est en mon pouvoir, le reste appartient à Dieu, même mon chemin de vie, qu’il ait été difficile ou pas, il appartient à Dieu et c’est aussi un témoignage pour toucher le cœur de ceux qui sont découragés, qui n’ont plus d’espoir. Tant que tu vis, tout est possible. Quand tu fais pour Dieu, il fait pour toi.

• Le nouvel album est-il dans la même veine que le précédent ?
- A la base, c’était un maxi single de cinq titres, mais finalement, j’ai eu deux autres inspirations que j’ai ajoutées. Donc sept titres qui sont tous des témoignages de vie, de ma vie. L’album est intitulé «Jésus m’a aimé». Dans cet album, je bénis Dieu pour tout. C’est un album de reconnaissance, de remerciement.

• …
- Moi qui était programmé pour être toujours derrière et accompagner les autres, j’ai été humilié, maltraité, j’ai dormi dans les rues, au marché, sur les bancs des églises, les gens se moquaient de moi, on me traitait d’enfant maudit, toujours des échecs…

Je ne savais pas qu’un jour, je verrais le soleil. Je passais mon temps à pleurer. Je ne savais pas ce qui m’attendait alors que le temps de Dieu n’était pas mon temps. Aujourd’hui, voilà…moi !

• Concernant «Jésus est ressuscité», il y a eu une polémique en son temps…
- Ah oui, la dame qui a repris ce chant m’a appelé et s’est excusée. Marie Misamu, c’est son nom, m’a dit que c’est le Bishop Kayimbé qui lui a offert le CD en 2009 et ça lui a fait tellement de bien qu’elle a décidé de reprendre le titre. Après elle a eu toutes les difficultés pour me contacter et c’est resté comme ça jusqu’à ce que des gens ici fassent des amalgames autour de ce chant en disant que j’ai plagié, que la dame est venue à Abidjan pour me réclamer 50 millions…

• …
- C’était récurrent, alors je suis allé revendiquer mes droits au BURIDA. La commission a statué et m’a donné raison après comparaison. Une lettre a été adressée au Bureau des Droits d’Auteur du Congo, j’attends une suite.

• Vous auriez pu régler ça entre vous chantres…
- Je ne devais pas le faire car c’est l’œuvre de Dieu. Je ne veux pas qu’elle me paye mais qu’elle annonce au moins, officiellement que ce titre n’est pas à elle. C’est ma vie que j’ai chantée en 2007. Et cette polémique n’est pas intéressante pour les enfants de Dieu que nous sommes. A César ce qui est à César.

• Alors, et ces six mois de mariage avec Cynthia ?
- ça se passe très bien.

• Qu’est-ce qui change quand on a la bague aux doigts ?
- Beaucoup de choses…Cela te permet d’être stable, d’avoir la tête sur les épaules, de ne pas faire du gâchis car tu sais qu’il y a une famille à la maison et que tu ne dois pas faire n’importe quoi. Le mariage recadre beaucoup de choses dans la vie d’un homme.

Une personnalité me disait une fois : «Un homme peut avoir 70 ans, mais s’il n’est pas marié, il n’est pas responsable». Une entreprise se gère d’abord à la maison : faire des économies, organiser la vie de la famille, réfléchir pour deux ou plus (les enfants)…
Avant lorsque je voyageais, je pouvais taper trois mois, quatre mois, sans rentrer au pays. Mais, aujourd’hui, je fais des efforts pour ne plus rester dehors, trop longtemps. Deux semaines, dix jours et je rentre, je vois la famille, je passe un peu de temps avec elle et je repars.

• Madame ne se plaint pas trop ?
- Quand tu te maries par émotion, par intérêt ou par suivisme, la femme ne comprendra pas ta vision et se plaindra. Mais quand c’est la volonté de Dieu, Lui-même il fait en sorte qu’elle supporte tout. Elle a épousé ma vision avant le mariage, elle m’a accepté comme je suis, donc, il n’y a pas de souci. Et puis, nous deux nous avons la crainte de Dieu et nous nous appuyons fortement sur notre foi pour rendre notre couple fort et solide. Il l’est déjà d’ailleurs. Ma femme est quelqu’un de très mature et je l’aime beaucoup. Elle sait aussi ce que c’est que travailler, puisqu’elle a commencé dans la vie active à l’âge de 18 ans.

• Quel est le plat qu’elle te fait et que tu aimes beaucoup ?
- Elle me fait à manger les samedis car elle travaille en semaine. Comme elle est bété, sa spécialité c’est la sauce graine et j’aime ça !
Source : topvisages.ne