La Société de Transports Abidjanais (SOTrA), s’est dotée d’un lot de matériels roulants qui permettront de faciliter le déplacement

des habitants de la capitale économique. Il s’agit de 117

bus sur les 500 bus annoncés de marque Tata. A peine ces

véhicules sont-ils mis en circulation,que l’on découvre leurs

défaillances. Selon Kouamé Kouamé Jean-Noël, ingénieur

en mécanique auto, lorsque ces bus circulent, les bruits

des moteurs de certains d’entre eux démontrent des défaillances

techniques. «En ma qualité de technicien en mécanique automobile, par le simple bruit du moteur d’un véhicule, je sais déjà que cet

engin souffre d’une panne technique. Quand certains des nouveaux bus de la Sotra circulent, je constate que leurs bruits ne sont pas normaux. Il y a deux raisons qui militent en faveur de cette situation. Soit

le montage des moteurs ne s’est pas bien effectué. Dans

ce cas, les responsables de la Sotra songeront à démonter et

remonter les moteurs convenablement,à l’effet d’éviter

tout désagrément. Soit les moteurs présentent une vétusté

indescriptible. Ce qui signifie simplement que ces véhicules

ne dureront pas. Je leur donne à peine cinq ans de circulation

et ils ne pourront plus circuler », a expliqué ce technicien.

Le calvaire des usagers ivoiriens semble ne pas prendre

fin de si tôt. Notons que l’accord de prêt pour le financement

du projet de l’acquisition de 500 autobus Tata avait été

signé le mercredi 28 décembre 2016, au 20ème étage de

l’immeuble Sciam, à Abidjan- Plateau, entre la Côte d’Ivoire

et Eximbank Inde.