Martial Joseph Ahipeaud  est le Président de l'Union pour le développement et les libertés (UDL), parti membre du Front du refus (opposition). Ce 8 novembre, il a été entendu par la brigade de recherche de la gendarmerie en raison de propos tenus lors du meeting organisé par l’opposition le 5 novembre dernier à la place Ficgayo de Yopougon. 

 

Il a lui-même rendue l’information publique sur les réseaux sociaux sans manquer de dénoncer et de mettre en garde.

«Le fascisme en marche!
Je viens de finir mon audition à la brigade de recherche de la gendarmerie nationale sur mes propos tenus lors du meeting de Yop. J'ai promis bien les expliciter pour que chacun soit clarifié.

N'importe quoi! Dites-leur que leur intimidation ne passera pas. On ne lâchera rien. On ira jusqu'à la Haute Cour de la CEDEAO et à l'ONU pour dénoncer cette forfaiture de constitution. La lutte ne fait que commencer et le fascisme ne passera pas.», insiste l’ex-dirigeant de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI)., i

 

Tout comme Martial Ahipeaud, Danielle Boni Claverie, Mamadou Koulibaly, Aboudramane Sangaré ou encore Bamba Moriféré avant elle, Henriette Lagou, ex-candidate à la présidentielle et  chef du RPC-Paix, parti également membre du Front du refus, a été entendue par la brigade de recherche de la gendarmerie.