Publié le jeudi 5 mars 2015 | autre presse|

Publié le jeudi 5 mars 2015 | autre presse|

Les braves populations de Yaoséhi, quartier précaire de la commune de Yopougon, vont pousser un véritable ouf de soulagement. Des éléments du 16ème arrondissement de police qui y ont fait une descente dans la nuit de mardi, ont démantelé un fumoir avant de mettre le grappin sur une vingtaine de jeunes gens qui s’adonnent à la consommation et à la vente de la drogue. Face aux agressions réputées dans ce bidonville et même dans le quartier périphérique de la Sicogi, les populations ont battu le pavé, plus d’une fois, pour attirer l’attention des autorités compétentes sur l’insécurité qui rythme leur quotidien. Pour apporter une réponse énergique aux cas de vols et d’agressions à mains armées, le commissaire Lézou a mis ses éléments en ordre de bataille en début de cette semaine. Une descente musclée dans un fumoir réputé abrité les bandits après les vols. 20 interpellations de suspects. Yaoséhi et Sicogi souffrent d’un phénomène majeur. L’insécurité consécutive à la consommation de la drogue. Toute chose qui constitue une menace sérieuse pour les résidents. Une menace qui se traduit par l’augmentation de la criminalité, la violence et de l’insécurité. A noter que la géopolitique de la drogue en Afrique de l’ouest fait ressortir que la Côte d’Ivoire demeure une plaque tournante du trafic illicite de la drogue d’Amérique vers l’Europe en raison de sa situation géographique. Notre pays étant situé entre deux des plaques tournantes du trafic dans la sous-région, à savoir : le Ghana et le Liberia. A Yaoséhi, les populations ont marché plusieurs fois, elles ont constitué des comités d’autodéfense pour lutter contre l’insécurité, mais la situation ne s’est guère améliorée.