ivoirienne en ce moment, force est de constater que le président Ouattara entend se servir de l'accord de Ouagadougou pour se débarrasser des mutins .

 

 

Ce mercredi 18 janvier, une déclaration relative à la crise que traverse le pays en ce moment a été lue par Bruno Koné et retransmise sur les antennes de la télévision nationale (RTI). Il en ressort que pour comprendre la décision du gouvernement face à la mutinerie, il est nécessaire de rappeler quelques principes fondamentaux de l’accord de Ouagadougou depuis 2007.

 

 

En effet, le président de la République a justifié l'issue favorable pour les mutins de l'ex-rébellion en expliquant que ces derniers n'avaient pas, contrairement aux autres (les FDS, ndlr), reçu leurs primes de sécurisation entre 2007 et 2011, comme mentionné dans l'accord de Ouagadougou. Il a cependant décidé d’une rencontre entre les soldats mécontents et le ministre Donwahi afin de relever les doléances de ces derniers en vue de régler définitivement le problème.

 

 

Au terme de ce communiqué toujours , à la télévision nationale, Hamed Bakayoko, le ministre de la sécurité et de l’intérieur s'est montré plus rassurant « la situation est certes alarmante mais nous travaillons pour y mettre fin. Les populations doivent étre rassurée