La nouvelle secrétaire générale du front populaire ivoirien,agnès monnet, a officiellement pris fonction.La passation des charges s’est faite, hier, à l’ex-Qg de campagne du président Gbagbo à cocody-attoban entre son prédécesseur Laurent akoun, promu vice-président chargé de la vie du parti, et elle. La cérémonie a été sobre et fraternelle sous le regard bienveillant du président du parti, Pascal affi n’Guessan, et en présence de nombreux cadres et militants du fpi.

Les deux personnalités qui se passent les rôles et le président du fpi se sont tous engagés à concentrer leurs actions à la libération de Laurent Gbagbo. Le secrétaire général sortant, Laurent akoun, celle qui prend le relais,agnès monnet, et le président du fpi, affi n’Guessan, ont affiché la ferme volonté de travailler inlassablement à la libération de tous les prisonniers politiques
civils et militaires, au retour sans crainte de tous les exilés et à la restauration de leur patrimoine commun qu’est le fpi.

Le président du fpi a dit avoir conscience du fait que le peuple ivoirien place tout son espoir dans la lutte du parti pour la libération de Laurent Gbagbo. il s’est, par conséquent, voulu très rassurant. «Il y a beaucoup d’impatience du peuple ivoirien qui attend le retour de Laurent Gbagbo et de tous les prisonniers. C’est à nous d’apporter une réponse à toute la population qui grogne de colère. Il faut lutter,faire face à l’adversité,prendre tous les risques possibles», a rappelé affi n’Guessan. Qui reconnaît l’immensité des défis qui attendent le parti et chacun dans la mission qui lui est assignée. il a fait remarquer que le choix «d’une femme frêle et innocente» au poste de secrétaire général pour lequel on aurait souhaité avoir un « homme robuste»s’explique par la philosophie du fpi. celle qui consiste à innover et à opposer la souplesse à la brutalité du pouvoir.

A Akoun Laurent, Affi N’Guessan a relevé qu’il est un vieux militant qui a une force de caractère et pour qui la lutte politique n’a plus de secret. Le président du fpi a rappelé que son nouveau poste de vice-président chargé de la vie du parti est une entière responsabilité parce qu’il a tout le parti sur ses épaules.Le secrétaire général sortant ne dit pas autre chose. «C’est un sentiment agréable de servir le merveilleux instrument de lutte qu’est le Fpi». mais il a saisi cette occasion, au moment où il quitte ce poste, pour renouveler toute son affection et admiration aux exilés politiques civils et militaires, aux prisonniers politiques civils et militaires, et particulièrement à Laurent Gbagbo, simone Gbagbo et tous ce qui sont détenus de façon arbitraire.

Il a exprimé toute sa gratitude à ses collaborateurs avec lesquels il a mené la lutte pour relever le parti après la guerre postélectorale et le coup d’etat du 11avril 2011.Pour finir, il a souhaité «bon vent» à agnès monnet dans sa mission.Quant à agnès monnet, elle a rassuré le président du fpi de toute sa loyauté, sa disponibilité et l’a surtout remercié pour la marque de confiance qu’il place à une femme à ce poste. elle dédie donc sa distinction aux femmes du fpi dont le leader est marie odette Lorougnon.et elle a aussi eu une pensée positive à l’endroit de l’ex-Première dame prise en otage par alassane dramane ouattara. «J’ai une pensée spéciale et émue à l’endroit de la Première Dame Simone Ehivet Gbagbo en qui je salue encore aujourd’hui le courage politique», a indiqué agnès monnet. Qui souligne : «J’ai la nette conscience des missions importantes qui me sont confiées et dont l’exercice nécessite disponibilité,force morale et soutien collectif.Je compte effectivement sur chacun d’entre nous pour continuer le combat
de la restauration du parti, du renforcement de notre image et de la libération de notre cher pays, la Côte d’Ivoire».

La nouvelle secrétaire générale du fpi et porte-parole du parti a salué son prédécesseur Laurent akoun pour le travail accompli en sa qualité de cheville ouvrière au poste de secrétaire général.
agnès monnet a rappelé que la dernière convention a défini
la priorité du fpi. celle de la libération de Laurent Gbagbo. «Telle est la mission du parti ; telle est la mission de sa secrétaire générale ; telle est ma mission », précise-t-elle. et, pour bien faire savoir que la libération de Laurent Gbagbo demeure la préoccupation majeure des militants et des ivoiriens, elle a rappelé une citation de son oeuvre «sundjata, lion du mading».ce passage édifiant est : «Le monde est malheureux. Or hier n’est pas encore loin. Et demain est profond».
notre voie du mardi 26 août 2014