En tournée de sensibilisation dans le Tonkpi, Paul Koffi Koffi «dites au colonel Gouanou de rentrer que de chercher à destabiliser le pays »
Dans le cadre de sa tournée de sensibilisation et d’information, le ministre Paul Koffi Koffi a rencontré lundi 17 mars 2014, les chef de communauté, chefs coutumiers, organisation de la société civile et militaires de la cité des 18 montagnes. Il a été question pour lui de leur passer les messages du gouvernement et de faire des mises en garde concernant les interminables attaques qui ont cours dans le pays. «(…) l’Etat va prendre ses responsabilités face à ses attaques. C’est pourquoi nous demandons à la population de collaborer afin de nous aider à maitriser le mal. Puisque je suis dans la région du Tonkpi, je demande aux chefs coutumiers et aux parents du colonel Gouanou de lui dire de rentrer au lieu de se promener à travers l’Afrique pour tenter de déstabiliser son pays» a déclaré le ministre délégué à la défense. Allant plus loin Paul Koffi Koffi dira qu’il s’est lui-même rendu au Ghana pour demander au colonel Gouanou de rentrer au pays.
Concernant les barrages non autorisés, le ministre de la défense dira que ceux qui se rendront coupables seront relevés de leurs fonctions. Aussi a-t-il précisé que non seulement les militaires ne doivent pas servir de gardien ou de de gardes rapprochés d’autorités sans une autorisation de la hiérarchie. Les militaires a-t-il poursuivi ne doivent pas non plus s’impliquer dans les problèmes fonciers. Paul Koffi Koffi a par ailleurs expliqué que les coupeurs de route sont dans nos communautés. Des personnes qui trompent la vigilance à travers des activités, alors qu’ils s’adonnent aussi au métier de coupeur de route. C’est pourquoi compte-t-il sur la franche collaboration des populations afin de mettre fin à cette pratique.
Doumbia Balla Moise District des montagnes
Encadré qui est le Colonel Gouanou ?
(…) Le colonel Gouanou Alphonse, anciennement commandant du sous-groupement tactique Est. Basé à ce titre à Bondoukou, lui et ses hommes avaient opposé une résistance farouche à l’entrée de la rébellion dans la capitale du Zanzan. Le Colonel Gouanou avait par la suite pris les commandes du 2è bataillon de Daloa, pour organiser la résistance à partir de l’Ouest. En pleine guerre post-électorale, il était apparu, à deux reprises, sur les antennes de la télévision nationale, le visage grave, en qualité de commandant des opérations de l’armée pro-Gbagbo à Abidjan, pour faire le point. Quelques jours avant la chute du régime, les colonels Boniface et Gouanou étaient réapparus à la télévision, précisément à la résidence présidentielle de Cocody. Avec à leurs côtés les hauts gradés Philippe Mangou, Tiapé Kassaraté et Brédou M’bia.
H. Ziao

CONNEC