Notre président aime taper du poing sur la table. Mais ces réactions de colère sont sans lendemain et ressemblent davantage à de la poudre aux yeux et à la com politique.

Le 17 septembre 2015, à Abengourou, il s’est fâché, en constatant la lenteur dans la réalisation des travaux d’infrastructures et particulièrement du bitumage de l’axe Abengourou – Agnibilékrou. «Beaucoup de travaux traînent et nous allons demander des comptes au Conseil des ministres de demain vendredi (18 septembre 2015) qui va se tenir à Abengourou. Les ministres vous m’entendre à ce sujet. Il y a du retard mais je vous promets que nous allons accélérer les choses car en 2016, nous allons proposer de nouveaux investissements dans cette région». Ces travaux ne sont pas encore terminés.

 

 

A l’occasion du Conseil des ministres du 27 avril 2016, Ouattara s’est encore emporté contre ses ministres, particulièrement des Transports et des Mines et Énergie. Le communiqué du Conseil des ministres est édifiant : «A la demande du Chef de l’État, qui accorde une attention particulière au bien-être des populations, le Conseil a longuement débattu de la situation sociale en Côte d’Ivoire, en particulier des mesures récentes concernant la tarification de l’électricité et les modalités de renouvellement du permis de conduire. Le Président de la République, après avoir analysé dans le détail chacune de ces mesures, a instruit les ministres concernés à l’effet de lui soumettre dans les prochains jours des propositions précises qui prennent en compte les préoccupations largement exprimées des populations ivoiriennes».

 

Le seul problème, c’est que non seulement c’est Ouattara lui-même qui a annoncé, le 24 mai 2015 à Odienné, l’augmentation des tarifs de l’électricité à partir du 1er juin 2015, mais le prix de l’électricité est fixé par l’État.

autre presse