Un proche de Chérif Ousmane c'est moi qui les ai tués. », avoue-t-il

Un proche de Chérif Ousmane c'est moi qui les ai tués. », avoue-t-il

Le procès des disparus du Novotel d’Abidjan se poursuit ce mardi 7 mars 2017  au tribunal de première instance de Yopougon avec son corollaire de surprises.

  

Coup de théâtre. Une scène des plus incroyables a surpris plus d’un ce mardi 7 mars au tribunal de Yopougon. Tandis qu’un témoin nommé Houphouet Félix comparaissait à la barre, des pleurs se font entendre dans la salle d’audience. Ceux d’un autre témoin Yoro Tapéko taxé à tort ou à raison d’être proche de Chérif Ousmane, actuel commandant du 1er bataillon des para-commandos d’Akouédo. Le juge Mourlaye Cissoko appelle le témoin qui pleurait à chaudes larmes depuis son siège.

 

A la barre, celui-ci craque et passe aux aveux : « J'ai mal d'entendre tous ces morts, tout ce sang versé. Je ne dors plus, je vois des images choquantes dans mes rêves. Que ce procès s'arrête. Les blancs, c'est moi qui suis allé les chercher au Novotel  et c'est moi qui les ai tués. », avoue-t-il.

 

 Le juge ne considère pas sa déclaration et lui recommande de regagner sa place. Mais Yoro Tapéko persiste de plus belle. « C'est moi qui les ai tués. Que ce procès s'arrête. J’avoue. », crie-t-il. Sur le champ, le juge suspend l’audience sans toute forme d’explication.

source 

http://www.imat./article/actualites/proces-des-disparus-du-novotel-le-temoin-avoue-les-crimes-le-juge-suspend-l-audience_54723_1488898651.html