Procès du Général Gueï: La défense révèle que l'arme qui l'a assassiné provient du Burkina Faso.« Les balles qui ont tué Guéi n’existaient pas dans l’arsenal militaire ivoirien ».

Procès du Général Gueï: La défense révèle que l'arme qui l'a assassiné provient du Burkina Faso.« Les balles qui ont tué Guéi n’existaient pas dans l’arsenal militaire ivoirien ».

 

Dans sa plaidoirie, Maitre Dadjé, avocat de la Défense, a révélé hier que l'arme qui a tué le Général Robert Gueï provenait du Burkina Faso.

Pour lui, en 2002, l’arsenal militaire ivoirien ne contenait pas d’armes utilisant des balles de calibres 7,62 millimètres.

 

«Ce calibre est utilisé par le Burkina Faso, d’où sont venus les assaillants pour attaquer la Côte d’Ivoire dans la nuit du 18 au 19 Septembre 2002. Seuls les assaillants venus du Burkina Faso pour attaquer la Côte d’Ivoire, détenaient des armes prenant des munitions de calibres 7,62 millimètres, en Septembre 2002, » accuse l’avocat, en dénonçant enfin un manque d’équité dans ce procès qui certainement prendra fin demain.

Pour Me Dadjé, "ce n’était pas difficile pour le commissaire du gouvernement de trouver les auteurs".

"En 2002, l’arsenal militaire ivoirien, ne contenait pas de fusils qui prenaient des balles de 7, 62 mm au moment où la Côte d’Ivoire était attaquée. D’où viennent ces 7,62 mm ? », poursuit-il.

Il affirme ensuite: « Elles ont été introduites dans le pays par les assaillants en provenance du Burkina Faso ».

« Le rapport médical indique que Mme Guei a été tuée par des balles de calibre 7,62 mm qui ne sont pas des balles de pistolets mais de fusils qui n’existaient pas dans l’arsenal militaire ivoirien avant le 19 septembre », a-t-il encore argumenté.

Me Dadjé a ensuite plaidé pour la relaxe pure et simple du Commandant Seka Seka.

« M. Séka à qui on peut reconnaître beaucoup de défauts mais aussi des qualités n’a jamais tiré sur le général Robert Guei, n’a jamais tiré sur sa femme ni sur sa garde rapprochée, vous voudriez bien en tirer les conséquences pour les autres personnes poursuivies pour complicité d’assassinat », a-t-il plaidé.

 

Pour rappel, Maitre Rodrigue Dadjé est le défenseur d'Abi Jean et Séka Anselme dit Seka Seka, tous deux poursuivis pour assassinat ou complicité d’assassinat du Général Robert Gueï.

Le verdict du procès est attendu aujourd'hui.

 

Eric Lassale