Publié le 30 Juin 2021 à 10:36 Source: Autres Sources

Publié le 30 Juin 2021 à 10:36 Source: Autres Sources

Fernand Dedeh a rencontré Alain Lobognon, qui entend s'engager résolument pour faire baisser les tensions et mettre fin aux désaccords entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro. Dans son épître à Barthelemy Inabo de ce mercredi 30 juin 2021, le journaliste affirme que selon Alain Lobognon, les principaux acteurs sont disposés à se parler.
Projet de réconciliation Ouattara et Soro : "Selon Alain Lobognon, les principaux acteurs sont disposés à se parler" (Fernand Dedeh)

J’ai retrouvé avec énormément de plaisir et un brin d’émotion, mon type, mon frère, Alain Lobognon. Je l’ai retrouvé tel que je l’ai toujours connu: fort dans la tête, engagé et déterminé, libre dans la tête, toujours prêt à défendre son opinion.

 

J’ai vu un homme qui a appris de la vie et de la prison, qui a surtout compris la nature de l’homme. L’ancien ministre des Sports et Loisirs s’est donné un week-end sabbatique après sa sortie de prison. « Je suis allé me reposer. Là, maintenant, je fais mon bilan de santé et le 9 juillet 2021, j’irai saluer mes parents à Fresco. ».

Il n’est pas seul ce mardi 29 juin 2021, en milieu d’après-midi, quand il m’ouvre la porte de sa résidence à Angré. Avec ses visiteurs, il commente l’actualité, il explique les raisons qui fondent sa volonté de s’engager pour le dialogue entre ton Camarade et « son fils égaré ».

 

Il parle et haut fort, il sait que sa nouvelle posture a été diversement appréciée dans son camp, parmi les partisans de l’ancien président de l’Assemblée nationale, il a été vertement attaqué et moqué sur les réseaux sociaux. Mais il en faut plus pour le démonter. « Je parlerai le 9 juillet 2021 à Fresco, sur mes terres, devant mes parents. », dit-il.

L’expérience de la prison

Alain Lobognon a séjourné 18 mois en prison. Du moins dans les prisons d’Abidjan, de Grand-Bassam et d’Agboville. Souvent à l’isolement, il a beaucoup lu, beaucoup appris de l’histoire du pays.

 

Il a découvert le sous-sol de la Côte d’Ivoire. On apprend toujours de la prison, on se met à la disposition de l’autre, des autres.

Engagement pour le dialogue

Tous ceux qui côtoient l’ancien député-Maire de Fresco le savent: il a un bon fond, un côté rêveur qui frise parfois la naïveté. Il croit en l’homme et ne recule devant rien pour affirmer son opinion.

 

Il a compris depuis sa cellule que la Côte d’Ivoire ne peut

pas faire l’économie du dialogue entre tous ses fils. Notamment entre les acteurs politiques et plus particulièrement entre ton Camarade et le désormais exilé, condamné à perpétuité. Il a annoncé sa volonté de s’offrir en sacrifice pour rapprocher les hommes, les anciens compagnons.

Cette posture ne plait pas évidemment dans son camp. Levée de bois vert. Attaqué et vilipendé. Mais droit dans ses bottes. Le projet de dialogue sera exposé lors de sa prise de parole devant ses parents. Mais des contacts préliminaires existent. Et selon lui, les principaux acteurs sont disposés à se parler. Il faut maintenir définir les modalités. Les missions de bons offices ne se font pas sur la place publique.

 

Fernand Dedeh