Une canne émergente ? Entre les réels problèmes de santé et les interrogations
des populations, Alassane Ouattara luimême a choisi la plaisanterie. Il a brandi sa «
canne émergente » comme un trophée là où, en 1992, Gadji Céli brandissait la CAN acquise de haute lutte par la bande à Yéo Martial. Comme quoi, l’émergence promise à l’horizon 2020 pourrait ressembler à cela. Un objet sur lequel un président de la République malade s’appuie pour se déplacer. Péniblement. Mais se déplacer quand même. Après, il ne faudra pas aller demander à Ouattara où se trouve l’émergence qu’il chantait. Il l’a déjà montrée.
Non ! Sérieux ! La Côte d’Ivoire mérite mieux que ces plainteries de mauvais goût. Contrairement à ce que fait croire la propagande d’Etat, Ouattara ne se porte pas comme un charme. N’en déplaise à Venance Konan. Quel mal y a-t-il à reconnaître
qu’il n’est pas encore totalement rétabli après une opération ? La guréision, la vraie commence
aussi par la vérité.