La descente musclée des forces de l’ordre sur le campus de Cocody, dans la nuit du jeudi 14 avril 2016, a fait plusieurs victimes. Outre les dégâts matériels, l'on dénombre plusieurs cas de viols. Cette information a été rendue public lors de la conférence de presse de la LIDHO, hier. 

 

La situation qui a prévalu au campus de Cocody, la semaine passée, a causé d'énormes conséquences. Dans un communiqué de la Ligue Ivoirienne des Droits de l'Homme rendu public le 18 avril 2015, il a été porté à la connaissance des journalistes que la violente répression menée par les agents de la police nationale a occasionné plusieurs dérives, dont 4 cas de viols d'étudiantes. 

Le Président de la LIDHO a également affirmé que des consultations sont en cours en vue d'apporter un appui psychologique afin d'aider les quatre étudiantes violées à surmonter leur épreuve.

A cet effet, il a appelé le gouvernement ivoirien a ouvrir de façon diligente une enquêtes sur ces violations des droits humains pour que justice soit rendue afin de situer les responsabilités.