L'homme à l´état de nature est une brute. Une bête prédisposée à suivre son instinct pour satisfaire sa libido nous enseigne Thomas Hobbes. Plus loin Thomas Hobbes nous apprend dans son œuvre –Léviathan- que (cet homme en société considère tous ses semblables comme des ennemis, comme des concurrents et potentiels obstacles à son éclosion sociale). Et il affirme même que (la liberté du sujet est compatible avec le pouvoir illimité du souverain).Cet homme donc doit permanemment recourir à la guerre, à la force et l'anarchie pour déstabiliser cet ordre auquel il ne peut parvenir dans l´intelligence. Voilà la vision politique de celui que la France nous a imposés. Ainsi donc pour que le citoyen Ivoirien soit libre sous le régime de Dramane OUATTARA, il faut que ce dernier dispose d´un pouvoir illimité, y compris le droit de mort ou de vie sur ses semblables.

 

L´effet recherché c´est la soumission, la résignation ou l'abdication des populations qui seraient tentées d´entreprendre des actions insurrectionnelles et animées d´une réelle volonté de rétablir l´ordre constitutionnel renversé. Pour les besoins de la cause, il promeut tous ses chefs-rebelles dans le commandement des forces armées de Côte d´Ivoire à des postes de responsabilités très sensibles. Pareil pour l'administration publique. Cela ressemble à un pari personnel qu´il lui faut gagner dans sa volonté démesurée. À savoir : effacer les traces de Laurent GBAGBO à la tête de l´état Ivoirien tout en imposant sa marque personnelle et ses traces.

 

Alors que tous ses crimes commis sont documentés par Amanesty international qui n’est pas pro-GBAGBO. Mais pourquoi personne ne prend en compte les rapports d’Amnesty internationale détaillant les crimes commis par sa rébellion depuis 2002 jusqu'à sa prise de pouvoir en 2011 par les armes ? C’est important qu’Amnesty internationale rappelle au juge de la cour pénale internationale que cette organisation des droits de l’homme a rédigé un rapport détaillant les crimes commis par les rebelles en côte d'ivoire. Amnesty internationale ne doit pas garder le silence devant ses propres rapports lorsqu’ils sont écartés par une juridiction . Mais pourquoi Amnesty se tait lorque la CPI ne prend pas en considération ses rapports ?

 

Les crimes de OUATTARA et sa rébellion sont mis de côté par la CPI .Alors là on est dans une situation complètement ubuesque. Et ça fait rire les êtres humains sérieux et les gens qui condsidèrent que le droit international humanitaire fonctionne à la tête du client avec toujurs la règle de deux poids deux mesures. Ça c’est inacceptable. 

Et c'est dans cette cacophonie qu'on nous parle d'élection 2015 .

 

Nous disons non et non .

OUATTARA dramane est le fauteur de troubles en côte d'ivoire .Sa rébellion a tué au bas mot 10.000 ivoiriens , même sa propre commission l'accuse de crimes .

Les ivoiriens refusent d'aller à une élection avec un tel sanguinaire qui a tué la démocratie arrachée de hautes luttes par Laurent GBAGBO parfois au risque de sa vie .

 

Adolphe Inagbe