Hier 20 août 2014 à l'immeuble Sciam à Abidjan-Plateau, la Ministre de la Santé Dr Raymonde Goudou Coffie, est finalement passé aux aveux concernant la gravité de l'épidemie Ebola en Côte d'Ivoire.
Devant des médecins d'entreprise planchant sur l'épidémie du virus Ebola, elle a reconnu que "l'heure est grave", que "gérer Ebola n'est pas facile", et que "le gouvernement est stressé" devant l'épidémie à virus Ebola.
«L'heure est grave. La gestion de cette épidémie est difficile pour la Côte d’Ivoire, extrêmement prenante pour tous ceux qui sont responsables dans les ministères de la Santé, de la Défense, de la Sécurité et de l’Intérieur. Et j’imagine le stress de tous les membres du Gouvernement qui ont le devoir d’aller vers les populations pour leur expliquer le danger de cette maladie. Donc tout le monde est impliqué, tout le monde est concerné».

Ces aveux un peu tardifs interviennent au lendemain d'une déclaration de Christian Vabé président du Rpci-Ac exigeant sa démission pour sa gestion opaque et approximative de l'épidemie Ebola, et deux jours après les révélations d'IvoireBusiness sur les "100 cas avérés de cas d'infection d'Ebola en Côte d'Ivoire parmi lesquels 20 personnes mortes".
La ministre de la Santé prenant enfin la mesure de l'épidémie qui frappe la Côte d'Ivoire, a annoncé également que des experts étaient arrivés d'urgence à Abidjan pour lutter contre l'épidemie Ebola.
Dans la même veine, le chef de l'Etat Alassane Ouattara depuis la France où il séjourne en ce moment, a annulé le match de football Côte d'Ivoire-Sierra Leone portant qualification pour la coupe d'Afrique des nations CAN 2015.
Face à cette décision, la confédération africaine de football a menacé la fédération ivoirienne de football de suspension.
Comme on le voit, le gouvernement a fini par rejoindre IvoireBusiness sur la gravité de l'épidemie Ebola sur le sol ivoirien.
Nous y reviendrons.

Patrice Lecomte

21/08/2014