Une mission de bons offices. Morison Dagrou Loula, président de la Coalition des Patriotes de Côte d’Ivoire se réclamant de l’ex-galaxie patriotique de Charles Blé Goudé a décidé, contre vents et marées d’œuvrer pour l’unité au sein du Fpi. « Avant tout combat politique contre le pouvoir en place, il faut que nos dirigeants soient unis », a-t-il justifié sa démarche face à la presse le vendredi 29 juillet 2016 à Yopougon.

 

 

 

Pour le conférencier, le traumatisme de la guerre est encore trop vivace dans les esprits des jeunes ivoiriens pour que le Fpi se permette d’entretenir une guerre de positionnement en son sein. Aussi interpelle-t-il les dirigeants de cette formation en ces termes : « Il faut que tous les militants et sympathisants, surtout les responsables, mettent tout en œuvre pour jouer pleinement leur rôle de restauration de la démocratie et des libertés. C’est pourquoi, nous les supplions de taire leurs divergences pour s’unir afin d’être utiles à la Côte d’Ivoire, au président Laurent Gbagbo, et à Charles Blé Goudé ».

Morison Dagrou Loula dit avoir déjà rencontré les deux tendances du parti et de ce qu’il a vu et entendu, des chances de réconciliation existent. Seulement, a-t-il déploré, l’intoxication est si intense au niveau de la base qu’il est aujourd’hui difficile de corriger les choses. C’est pourquoi il se propose avec son organisation d’entreprendre des tournées pour répandre le message de réconciliation aux différentes bases du parti afin que celles-ci parlent aux deux directions et les contraignent à l’unité.

 

Cela, dit-il, réconfortera davantage Laurent Gbagbo en jugement à La Haye. M. Dagrou se propose même de rendre une visite de courtoisie à l’ex-président, au pénitencier de Scheveningen. Sa mission ne sera pas politique, a-t-il précisé. Cependant, il a fait observer que tous ceux qui vont à La Haye, les politiques particulièrement, font du battage médiatique avant leur départ mais deviennent muets dès leur retour. Ce qui porte à croire, selon lui, que Laurent Gbagbo milite pour l’unité au sein de son parti.

 

Morison est le fils du colonel Dagrou Loula, tué aux premières heures de l’attaque rebelle de 2002. Il dit s’être remis de ce choc avec le soutien des Ivoiriens et en particulier celui du président Laurent Gbagbo dont le gouvernement les a beaucoup soutenus, s’agissant de son association des orphelins de guerre. Ce soutien, affirme-t-il, n’existe plus depuis l’avènement du pouvoir Ouattara. Il dit ne pas s’en plaindre.