SOURCE  notre voie du vendredi 22 août 2014
Dans sa chambre à coucher de la riviéra-Golf (abidjan),
dans sa résidence privée de mougins (france) et dans
l’avion présidentiel qui le mène partout à des visites
privées, alassane dramane ouattara ne pense plus
qu’au nouveau gouvernement qu’il entend former
dans les semaines ou mois à venir. ce remaniement,
selon un proche du couple alassane et dominique
ouattara, ne devrait avoir d’autre but que de confier
des portes-feuilles aux hommes de Guillaume soro.
cette décision a été prise, le samedi 9 août dernier, à 20h,
au domicile du chef de l’etat. cette nuit-là, ouattara recevait
l’ancien chef rebelle et actuel président du parlement
ivoirien. Le rendezvous, selon notre source, a
été pris le même jour, à sofitel hôtel ivoire lors de la
commémoration des 20 ans du conseil constitutionnel.
en provocant cette rencontre dite de rectification entre
son « frère ennemi » et lui, alassane ouattara avait une
idée derrière la tête : se rapprocher vite et sûrement de
l’ex-chef rebelle avec lequel il n’était plus en odeur de
sainteté. Leurs relations se sont distendues à cause, accusent
les proches de ouattara, «des intentions
malveillantes de Soro qui voulait très vite prendre la
place du président». conséquence, nombre de proches
de l’ancien patron du mPci, ex- mouvement rebelle, ont
été écartés des affaires et «Soro est obligé de mettre la
main à la poche pour les entretenir », rappelle un de ses
fidèles. au sein du gouvernement, par exemple, il est notoirement connu que l’ancien porte-parole de la rébellion
armée et actuel ministre des sports, alain michel Lobognon
alias adjudant Beugré (du nom de son grand-père
maternel), est le seul survivant. Les autres ont été, soit
renvoyés, soit ils ont quitté la barque soro pour rejoindre
celle de son opposant numéro un hamed Bakayoko.
mais pourquoi donc ouattara a-t-il décidé de se rapprocher
de soro ? eh bien, selon notre source, le « chouchou » de la communauté internationale, en prenant le pouvoir brutalement, avait un plan secret pour arriver à une candidature unique en 2015. il s’agissait pour lui de détruire
le fPi, le réduire à néant et mettre le Pdci à ses pieds,
soit par l’intimidation, soit par les espèces sonnantes et
trébuchantes. au début, raconte notre source, ça a
marché à la perfection. Le fPi était inexistant, traqué
qu’il était jusque dans ses derniers retranchements. Le
Pdci, de son côté, était à la remorque du rdr. et ce
sont même les militants du parti créé par feu houphouët-
Boigny qui étaient les ardents défenseurs et les
hérauts de ouattara. cette dynamique, poursuit ce
proche du couple ouattara, n’a pu être maintenue et on
peut dire que c’est finalement un échec puisque
l’échafaudage s’est écroulé. et depuis que le président du
fPi, Pascal affi n’Guessan, a lancé son idée d’etats généraux
de la république (eGr) pour régler, entre autres, le problème de l’inéligibilité de l’actuel chef de l’etat, tout a été remis en
cause. surtout que, à l’intérieur du Pdci, la grogne
contre la candidature unique au rhdP ne s’arrête pas,
alassane ouattara a compris qu’il fallait changer de
fusil d’épaule. «Je peux vous le dire, il ne fait plus
confiance à Bédié. Le président a le net sentiment que
son grand frère est derrière tout le tohu-bohu qui se fait
autour de la candidature unique au RHDP. Le président
et son entourage pensent même qu’à l’allure où
vont les choses, il n’est pas exclu qu’une alliance FPIPDCI
se crée avant la présidentielle », croit savoir notre
source. ouattara ne pouvait donc pas rester les bras croisés. il lui fallait faire quelque chose pour sécuriser ses arrières.
c’est ce qui explique ce rapprochement forcé avec Guillaume
soro Kigbafory. Lequel, lors de la rencontre du 9 août dernier, en a profité pour poser tous les problèmes
qu’il rencontre avec ses ennemis au sein du pouvoir
: hamed Bakayoko et amadou Gon coulibaly, le
secrétaire général de la présidence. selon nos informations,
le clan soro reproche au maire de Korhogo de se
prendre pour le roi de la cité et de décider, le plus souvent,
à la place d’alassane ouattara. «Il bloque tous les
dossiers qui concernent les proches du président Soro. A
propos des nominations, il ne propose que les noms de
ses proches. Souvent, il vide les portes-feuilles des
proches de Soro de leur contenu. Même la diminution
du budget de l’Assemblée nationale, c’est lui. C’est de
tout cela que Bogota a parlé avec le chef de l’Etat», assure
un fidèle de l’ex-chef de la rébellion.
Les observateurs avisés de la politique ivoirienne le savent
et le disent sans hésitation. ouattara n’est pas un
bon manager. au début, il a toujours toutes les cartes en
main et à la fin, elles lui filent entre les doigts. aujourd’hui,
le fPi est debout et le Pdci sort petit à petit de sa torpeur.
Pourtant, comme le dirait le prof de foot sur Canal
Horizon, la politique ce n’est pas compliqué surtout quand
c’est pratiqué par un banquier. Une ironie qui sied
parfaitement à alassane ouattara qui fait la politique
comme un éléphant dans un magasin de porcelaine.