Dans un état critique, dimanche, à son arrivée d’Accra (Ghana) où elle a passé plus de trois ans d’exil forcé, la mère du président Gbagbo voit son état de santé évoluer positivement.

certes encore sous le coup de la fatigue, mais qui se
porte nettement mieux que nous avons retrouvée, hier,
au domicile de son neveu, Henri gossé sis à la riviera-
Palmeraie (abidjan). et pourtant elle était dans
un état d’inconscience quand elle est rentrée de
son exil d’accra, dimanche. «Depuis ce matin, elle a retrouvé
ses esprits. Elle a pris le petit déjeuner. Elle a échangé avec tout le monde et elle reconnaît maintenant les gens. Moimême, elle m’a reconnu alors qu’hier, elle ne le pouvait
pas. Même à Accra, il semble qu’elle ne reconnaissait
plus sa fille Jeannette », explique son neveu.
«Son état s’est tellement amélioré, poursuit-il, que
nous avons demandé au ministre Sangaré Abou Drahamane
qui a fait venir ce matin (hier) même une ambulance
pour la faire évacuer à la Pisam d’attendre
encore un peu. Je lui ai dit que si d’ici là, son état se
dégrade à nouveau, je n’hésiterai pas à lui faire appel».
Henri gossé pense que c’est bien ce que le médecin
ghanéen a dit qui se vérifie. a savoir que toutes les
analyses qui ont été faites n’ont rien révélé, mais que
c’est le pays et l’environnement familial de la vieille qui
lui manquent. «Les trois ans qu’elle a passés au Ghana
ont été un véritable calvaire pour elle. Vous voyez qu’en
moins de 24 h, elle se retrouve. Il a suffi qu’on lui
dise qu’elle est rentrée au pays et que, dans quelques
jours, on va la conduire au village afin qu’elle retrouve
les siens, pour que l’envie de vivre lui revienne. Donc
si elle se remet totalement de sa fatigue, nous allons
l’accompagner à Blouzon auprès de ses soeurs et
frères, et ses petits-enfants ». Pour sûr, si on la
remet dans cet environnement initial, comme le préconise
son neveu, la vieille dame pourrait encore vivre
quelques bonnes années ,

autre presse