Brou Amessan Pierre israël, ancien directeur général de la
radiodiffusion télévisionivoirienne (rti) et Jacques
Kacou, militant du front populaireivoirien (fpi), ont été
reçus hier au siège provisoirede ce parti par mme Agnès
monnet, secrétaire général etporte-parole du fpi. ils ont regagnéla Côte d’ivoire après 4 ans d’exil forcé au Ghana
suite à la crise postélectorale. «Nous sommes heureux de
vous retrouver», a dit Jacques Kacou s’adressant à
Agnès monnet. Avant de préciser que «l’exil est difficile».
il a toutefois regretté de voir à leur retour, un fpi au visage «sombre et pesant». il a appelé à l’union pour permettre à son parti d’affronter les «bastilles». Citant Henri emmanuelli, ancien secrétaire
général du Parti socialiste (Ps) français, Jacques Kacou
a affirmé que «l’heure n’est plus aux états d’âme. L’heure
est aux états de service». Prenant la balle au bond, la
secrétaire générale du fpi a,au nom du président de son
parti, Affi n’Guessan, dit «Akwaba » (bienvenue en langue
baoulé) aux ex-exilés. «On ne vit bien que chez soi»,
a-t-elle avancé. et d’ajouter que les péripéties de la vie
«nous ont amené à faire le choix de l’exil pour préserver
notre vie. Nous sommes heureux de vous retrouver. Ça
fait penser au Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé
César (écrivain, poète martiniquais, cofondateur du mouvement de la négritude avec Léon Gontran Damas et Léopold Sédar Senghor dans les années 1940, ndlr)».
expliquant la crise au fpi, Agnès monnet l’a justifié par
la crise postélectorale que le pays a connue. elle a
reconnu que le «Fpi ne pourra se relever pour affronter
les bastilles que si nous sommes unis». Cette unité, à
l’en croire, doit passer par la résolution des problèmes des exilés qui doivent bénéficier d’un retour «sécurisé grâce au dialogue avec le gouvernement ». Agnès monnet a rendu un hommage à michel Amani n’Guessan, vice-président chargé de la Défense et de la Sécurité du fpi, qui est allé à elibou, à la frontière ivoiro-ghanéenne, pour accueillir, «sur instruction du président Affi N’Guessan»,
les ex-exilés pour les convoyer jusqu’à Abidjan où
ils sont arrivés à 15h. Par ailleurs, la secrétaire générale
du fpi a salué la présence de la mère de Brou Amessan qui
a fait le déplacement au siège provisoire du fpi.