Véritable revirement spectaculaire auquel on a assisté lundi concernant le départ de l’opération des nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI).

Le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, initialement favorable pour un départ de l’ONUCI, a plaidé lundi à Guiglo pour son maintien.

Il s’exprimait lors de la clôture de la réunion du 2ème Conseil conjoint des chefs coutumiers et des Anciens (CCCA) de la Côte d’Ivoire et du Libéria en présence de son homologue libérien, Ellen Johnson Sirleaf.

 

Il s’est dit favorable au maintien de l'Opération des Nations-unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) et de la Mission des Nations-unies au Libéria (MINUL) jusqu’à la fin de l’année.

‘'Le chef de la Mission des Nations au Libéria vient de dire que l'ONU mettra fin à cette mission à la mi-février. Je pense qu'il n'en est pas question. La MINUL tout comme l'ONUCI doivent poursuivre leur mission jusqu'à l'élection présidentielle au Libéria, en décembre prochain'', a déclaré Alassane Ouattara.

Le chef de l'Etat ivoirien a poursuivi qu'il va saisir, dans les prochains jours, avec Ellen Johnson Sirleaf, la présidente libérienne, ‘'le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon pour le maintien de ces deux missions. C'est important'', ajoutant que ‘'cela ne devrait pas constituer un problème''.

 

En mai 2015, au terme d'une visite d'Etat dans les régions du Kabadougou et de Folon dans l'extrême Nord-ouest ivoirien, M. Ouattara avait évoqué le départ de l'ONUCI. ‘'Mon intention, c'est de demander le départ de l'ONUCI après les élections, soit en 2017 ou en 2018'', avait-il déclaré.

 

Patrice Lecomte