Alors que les quartiers précaires et autres baraquements des ivoiriens sont détruits à Abidjan et dans le reste du pays, sans ménagement et sans la moindre compensation financière, de même qu’aucune solution de relogement n'est proposée, ceux des burkinabé sont dédommagés avec à la clé, une solution de relogement.

En effet, le chef de l’Etat Alassane Ouattara a promis dédommager les burkinabé qui occupent illégalement les terres des ivoiriens.

Parmi eux, les planteurs burkinabé installés illégalement dans les forêts classées du Mont Peko à l’Ouest de la Côte d’Ivoire.

Bien que le gouvernement d’Alassane Ouattara soit déterminé à les en chasser pour se conformer à ses engagements internationaux en matière de protection de la biodiversité, le chef de l’Etat ivoirien a prévu à ces déguerpis burkinabé, un dédommagement financier ainsi qu’une réinstallation plus au sud (toujours en Côte d’Ivoire), après que le président Roch Kaboré se soit inquiété que ces derniers ne reviennent massivement au Burkina.

Problème: les ivoiriens s’y opposent farouchement et dénoncent ce deux poids deux mesures de Ouattara et cette faveur démesurée accordée aux déguerpis burkinabé, alors que les déguerpis ivoiriens sont traités sans ménagement et sans aucune solution de relogement ni compensation financière.

Nous y reviendrons.

 

Serge Touré

 

Par IvoireBusiness