Selon le juge-président, le témoin du jour, P520, a occupé d’importantes fontions en Côte d’Ivoire pendant la crise postélectorale sous le Président Laurent Gbagbo.

Il annonce que la Cour, à cause des faits antérieurs avec les autres témoins, déploiera toutes les mesures sécuritaires afin que P520 ne soit pas démasqué par Ivoirebusiness et les réseaux sociaux, devenus la nouvelle cible du juge-président.

 

Comme on le voit, la CPI semble mettre au défi Ivoirebusiness et quiconque démasqueraient le témoin P520, à qui elle a accordé des mesures sécuritaires exceptionnelles du fait des hautes fonctions qu’il occupait en Côte d’Ivoire sous Laurent Gbagbo, et à la demande de celui-ci.

La Cour semble à l’évidence baigner dans le ridicule et le dilatoire. En l’absence de preuves formelles contre Laurent Gbagbo et Blé Goudé, elle en est à faire diversion et à menacer votre quotidien favori et les réseaux sociaux, qui ne font que faire leur travail afin que la vérité triomphe.

Pour rappel, ce n’est pas les médias qui ont été les premiers à démasquer les témoins de Fatou Bensouda. C’est bien la Cour elle-même à la faveur d’un micro ouvert lors d’un huis-clos partiel.

La suite on la connait : Tous les témoins de Fatou Bensouda à ce jour, ont toujours été démasqués par IvoireBusiness et les réseaux sociaux.

Nous y reviendrons.

 

Michèle Laffont

Envoyée spéciale à La Haye