Dame Meho Antoinette, membre du bureau national de l'OFFPI chargée de la mobilisation inconnusdes femmes de la région de Guémon (ouest du pays, ndlr) et membre de la fédération Abidjan–Banco, a été « kidnappée » par des individus non identifiés, a indiqué ce vendredi Odette Lorougnon.

 

« Nous y étions, quand nous avons appris le kidnapping de la camarade Meho Antoinette, membre du bureau national de l'OFFPI chargée de la mobilisation des femmes de la région de Guémon ( à l'ouest du pays) et membre de la fédération Abidjan -Banco. En réaction, j'ai écourté mon séjour pour rentrer à Abidjan compte tenu de cette nouvelle situation honteuse pour notre pays. Sincèrement quel danger représente cette digne femme pour le pouvoir à telle enseigne qu'elle soit enlevée depuis sa cuisine, brutalisée et conduite vers une destination inconnue ? », A interrogé l’ex députée d’Attecoubé. « Nous demandons à monsieur Ouattara de libérer sans délai la camarade Meho, avant qu'il ne pousse le peuple de Côte d'Ivoire à bout. »

 

Selon d’autres sources, ces derniers se seraient présentés mercredi à son domicile de Yopougon Selmer, comme étant des éléments de des agents de la DST (Direction de surveillance du territoire) avant de la « brutaliser » et conduire vers une destination inconnue.

 

Selon une source proche du ministère de la Justice et Garde des sceaux, cette « femme convaincue et déterminée », qui s’apprêtait à témoigner au procès de Simone Gbagbo a été arrêtée parce qu’elle est recherchée par la justice ivoirienne pour d’autres faits.

 

«L’arrestation de Dame Antoinette Rouissa Meho n’est nullement liée au procès de Madame Simone Gbagbo, par contre, elle était recherchée depuis plusieurs mois, dans le cadre d’une procédure judiciaire, pour atteinte à la sûreté de l’Etat, » précise la même source.

 

Toutes nos tentatives pour avoir des informations auprès de la hiérarchie policière sont restées vaines (injoignables au téléphone) au moment où nous publions.