Photo d'illustration

Photo d'illustration


Une agente de la police Nigeriane a été victime d'un réseau de proxénètes en Côte d'Ivoire. Pendant plus de deux ans, elle était forcée à coucher avec des clients alors enfermée dans une chambre, apprend KOACI.

C'est après avoir réussi à s'échapper que la victime saisira la police pour porter plainte. Elle se nomme Briges, et est âgée d'une vingtaine d'années. Agente de la police fédérale du Nigeria et, en service à Lagos, des personnes lui auraient fait croire qu'elle pouvait travailler en Afrique du sud.

 

Une proposition que la fonctionnaire de police aurait naïvement accepté avant de se retrouver contre toute attente à Abidjan.

Une fois sur les lieux, elle sera enfermée dans une chambre avant d'être forcée à coucher avec des clients. Pour sa libération, elle devait rapporter la somme d'un million de francs cfa à ses ravisseurs. Ce qui a été fait la première année. Mais voyant son succès, ceux-ci la retiendront jusqu'à ce qu'elle rapporte la somme de 4 millions de francs cfa la deuxième année.

Les ravisseurs ne sont tout autre que des proxénètes composés d'hommes et de femmes, établis entre la Côte d'Ivoire et le Nigeria. Ils ont pour habitude de convoyer les jeunes filles en direction d'Abidjan pour les livrer au métier de sexe.

En réussissant à s'échapper du réseau, Briges finira par identifier une jeune femme, du nom de Amohi Merciamour, auprès de la police. Laquelle a été condamnée, mardi devant la justice, à 18 mois d'emprisonnement ferme pour proxénétisme. Une peine assortie d'une interdiction de paraître sur le territoire ivoirien pendant 10ans.

Quant à la victime, elle attend de pouvoir regagner son pays, le Nigeria, après plus de deux années passées en Côte d'Ivoire.

Adriel, Abidjan

koaci.com