Il est désormais interdit d’appeler Laurent Gbagbo, Président, sur demande de l’accusation. Le juge-président a accepté ce jeudi cette requête de l’accusation, en attendant sa décision finale.

En effet à l’audience de ce jeudi 11 février 2016, le juge-président a accepté que l’appellation "Président "Gbagbo ne soit pas prononcée dans le prétoire, en attendant sa décision finale après consultation avec ses collègues.

Il faisait droit à la requête de Me Massida, la représentante des victimes, malgré l’opposition de la Défense.

Me Altit s’est en effet interrogé sur l’opportunité d’une telle requête, car dans la tradition latine, et selon us et coutumes reconnus par tous, on continue de servir de monsieur le Président à un ancien Président.

Par ailleurs, Laurent Gbagbo étant présumé innocent, ce serait s’attaquer à sa légitimité et à celle du peuple de Côte d’Ivoire dans sa liberté de choisir qui il a élu en 2000.

Tout est parti de la phrase suivante prononcée par Me Emmanuel Altit : "je suis l'avocat du président Gbagbo".

Me Massida a alors demandé au juge-président d’interdire l’appellation Président Gbagbo dans le prétoire.

 

Je voudrai que le président demande à Me Altit de ne plus utiliser le terme Président", a-t-elle requis.

Le juge-président a alors déclaré à l’endroit de la défense: « Je vais consulter mes collègues, mais jusqu’à ce que la décision soit prise, je vais vous demander de ne plus utiliser le terme Président.

 

Michèle Laffont

Correspondante permanente aux Pays Bas