Par Connectionivoirienne.net

 

Les missions de sécurisation des élections sur l’ensemble du territoire devaient commencer ce jour avec le déploiement des militaires, policiers et gendarmes.

 

 

 

Si chez les derniers cités, rien ne s’oppose à cette mission régalienne, dans le corps de la police par contre, il y a la grogne. Les policiers refusent de faire cette mission. De sources concordantes, ils ne sont pas d’accord avec la prime dérisoire qui leur est promise, en comparaison à celle perçue par leurs frères d’armes de la gendarmerie. Chaque gendarme, selon nos sources percevra jusqu’à 120 mille selon le grade, là où on propose à chaque policier 25 mille francs Cfa pour un sous-officier et 30 mille pour un officier. Très remontés contre leurs supérieurs, ils sont descendus des cars et cargos qui devaient les transporter. Cette scène se déroule depuis ce matin à l’école de police.