Soro Néhouélé Ténin cliente à la SGBCI, ne peut profiter de ses fonds logés dans cette banque qui lui refuse l'accès en fauteuil roulant.

De fait, Tenin n'arrive plus à payer ses frais de rééducation et risque de perdre définitivement l'usage de ses jambes.

Le 14 octobre 2015 sous plainte judiciaire de dame Tenin, la justice avait ordonnée à la SGBCI de trouver des dispositions pour permettre à leur cliente d'entrer en possession de ses finances.

Sans suite jusque là.

Si la SGBCI évoque des raisons de sécurité alors, comment ces nombreux handicapés de Côte d'Ivoire pourront-ils avoir accès aux prestations de cette banque ?

Nous nous insurgeons contre l'attitude révoltante et discriminatoire de la SGBCI et exigeons des mesures de sécurité pour un accès facile a ses locaux pour tout ses clients.

(Images et textes inspirés de Claudus Kouadio) Fréjus Koffi

pour lecridabidjan.net