Après avoir décidé jeudi de poursuivre le procès pour “crimes contre l’humanité” de l’ex-Première dame ivoirienne Simone Gbagbo en dépit des vacances judiciaires, le président de la cour d’assises a renvoyé lundi l’audience au 10 octobre, l’accusée et ses avocats ne s’étant pas présentés au tribunal.

 

Le président de la cour, Bouaki Kouadio, a renvoyé l’audience au “10 octobre”, après avoir constaté l’absence de Mme Gbagbo et ses avocats, au palais de justice du Plateau à Abidjan.

 

Jeudi, le juge Kouadio a rejeté la demande de report des avocats de la défense jusqu’à “mi-octobre, le temps des vacances judiciaires” qui ont débuté lundi, estimant que “dans l’intérêt de l’accusée (…) il ne faut pas que le jury soit distrait”.

 

“Monsieur le président, le 1er août vous ne me verrez pas ici”, avait réagi l’épouse de Laurent Gbagbo.

 

L’audience avait repris le 19 juillet après deux semaines de suspension due à un “malaise” de l’accusée, provoqué par une “baisse de son taux de glycémie”.

 

L’ex-Première dame ivoirienne est jugée depuis le 31 mai pour “crimes de guerre” et “crimes contre l’humanité” commis pendant la crise postélectorale qui a officiellement coûté la vie à au moins 3.000 personnes.

 

Par Manuella YAPI

MYA