La scène du twerk d’une danseuse sur un policier à la finale du Tchin-Tchinn n’est pas restée sans suite. Après ce scandale qui a fait le tour des réseaux sociaux, la police nationale ivoirienne a interpellé la concernée.

 

Jonathan Morisson a réussi à emballer la population ivoirienne par son activité sportive dénommé Tchin-Tchinn. De toutes les scènes enregistrées depuis le lancement de ce tournoi, une a mis la toile en ébullition, celle de l’attitude d’une danseuse sur un élève sous-officier de police. La police a mis cette dernière aux arrêts.

 

Un incident scandaleux a rendu la finale du Tchin-Tchinn assez particulière. Dans l’euphorie, une danseuse s’est permise de s’exhiber en trémoussant ses fe.sses de manière spectaculaire sur un corps habillé en plein service. Ce dernier, pour les règles que régit sa profession, ne s’est, en aucun moment, laissé distraire par cette dernière.

 

Même si cette scène a engendré un tonnerre d’applaudissement des spectateurs, elle n’a pas été du goût de la hiérarchie de la Police Nationale. La nommée Dezi Dokui, la danseuse en question, a été interpellée puis auditionnée. Le procureur a ordonné qu’elle soit déférée devant le parquet pour outrage à agent dans l’exercice de ses fonctions.

 

Dans un communiqué, l’institution étatique a même mis en garde les acteurs de la culture.  » La Police Nationale invite les acteurs culturels à la retenue et au respect vis à vis des forces de l’ordre en exercice. Elle met en garde contre tout acte irrespectueux à l’encontre de l’institution et qui de plus, sont des faits obscènes incitant à la débauche « .

 

Quant à l’élève Sous-Officier de Police, TAHO Junior, il a été félicité par le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité et l’institution étatique pour le sang froid et le professionnalisme dont il a fait preuve pendant qu’il était victime de l’attitude obscène et dégradante de la part de danseuse.