Publié le 29 Décembre 2020 Source: Autres Sources

Publié le 29 Décembre 2020 Source: Autres Sources

Longtemps focalisée sur la défense des droits de l’homme, la Coalition des indignés de Côte d’Ivoire (Cici) se tourne vers la lutte contre la cherté de la vie. Hier, son président, Samba David, à Yopougon, a dévoilé le sens de ce combat. Il entend s’attaquer aux taxes injustifiées sur les factures de Cie et Sodeci. Bien avant, il a dénoncé la gestion de la question des factures pendant la Covid-19.

 

Samba David demande à l’Etat de faire comme les pays tels que le Niger et le Sénégal qui ont annulé des factures au plus fort de la crise sanitaire. Le président de la Cici a pris soin de relever les taxes injustifiées sur les factures. « Sur les factures, nous avons des taxes qui ne se justifient pas. Par des taxes, nous payons l’électrification rurale. Quand un village est électrifié, on l’attribue au chef de l’Etat au lieu de féliciter le contribuable. C’est de l’arnaque. On ne nous fait pas de point. Combien cotisent les 2,5 millions d’abonnés ? Si tout est attribué au président et qu’il y a un budget d’électrification, que cette taxe-là saute pour la facture. Il y a la taxe concernant l’enlèvement des ordures.

 

C’est quelque chose que nous n’allons pas accepter. Il y a des villages où les véhicules d’enlèvement d’ordures ne vont pas. Cela contribue à alourdir la facture. Il y a la redevance Rti qui fait 20 milliards dans l’année. A quoi servent les 20 milliards ? Il y a une autre taxe qu’on appelle prime fixe qui se trouve sur la facture. Il y a ensuite le timbre et la Tva. Toutes ces taxes contribuent à alourdir les factures en Côte d’Ivoire. Il faut donc mettre fin à cela. C’est pareil pour les factures Sodeci. C’est nous qui vendons le courant au Ghana, au Togo, au Mali, au Burkina Faso et une nouvelle convention vient d’être signée avec la Guinée. (…) Que nos dirigeants comprennent qu’en 2021, nous n’allons pas laisser cette situation perdurer » a-t-il averti. S’agissant de l’eau, il a aussi dénoncé des situations qui échappent au citoyen lambda.

 

« Sur la facture de Sodeci, il y a 3 tranches de facturation : le forfait qui part de 0 à 9 m3 qui coûte 250, 3 F ; la 2ème tranche part de 9 à 18m3 coûte également 250,3 F, le dernier qu’on appelle consommation part de 18 à Xm3 coûte 403, 3 F. Notre indignation, c’est que Dieu nous a fait grâce de plusieurs cours d’eau. Au Mali, la première tranche, c’est de 0 à 10 M3 qui coûte 113 F. Non seulement, c’est moins cher mais la quantité est grande. 1 m3 d’eau au Mali fait 11,3 F Cfa contre 27,8 F le m3 en Côte d’Ivoire. Leur 2ème tranche part de 11 m3 à 50m3 facturée à 301 F. Leurs gouvernants essaient d’alléger le coût de la vie en prenant certainement une subvention. Ce n’est pas normal » a-t-il présenté. Pour Samba David, « L’essentiel n’est pas toujours d’être dans la rue mais on peut un jour refuser de payer la facture. » Ainsi la Coalition des indignés a-t-elle « décidé de prendre son bâton de pèlerin pour dire que 2021 sera sous le sceau de l’amélioration des conditions de vie des Ivoiriens. La cherté de la vie n’a pas de coloration politique. Ceux qui rendent la vie chère le font volontairement. »

Notamment ceux de la sous-région qu’ils ont pourtant accueillis librement sur leur sol.

Notamment ceux de la sous-région qu’ils ont pourtant accueillis librement sur leur sol.

 

. Il n’y aurait pas eu autant de chômeurs

Toujours au plan social, Alassane Ouattara en fermant des

sociétés d’Etat et en vendant d’autres à des francs symboliques,

Alassane dramane Ouattara a amené le taux de

chômage à un niveau insupportable.

Les diplômés qui sont au chômage sont en nombre effrayant.

Alassane Ouattara a chassé plusieurs Ivoiriens de la

RTI, de la présidence de la République,

des sociétés d’Etat comme la Sotra, et tous ceux

qui ne sont pas de la région nord de l’administration publique.

dans le secteur social, Alassane Ouattara a décidé de pratiquer

la politique de la discrimination ethnique qu’il a

lui-même appelée le «rattrapage ». Le «rattrapage» est une

politique de préférence ethnique qui exclut du recrutement

aux postes de l’administration, dans l’attribution des marchés

publics ceux qui ne sont pas du nord de la Côte d’Ivoire, région

dont se réclame le chef de l’Etat. Le «rattrapage ethnique»

n’a en réalité rien de différent avec l’apartheid qui sévissait en

Afrique du Sud et que le monde entier a combattu. En Côte

d’Ivoire, la communauté internationale se tait sur le rattrapage

ethnique. Et pourtant, avec cette politique nauséabond,

Alassane Ouattara accentue la fissure qu’il a créée par la

guerre entre les Ivoiriens du nord et ceux des autres régions

du pays.

Et comme si cela ne suffisait pas, tous ceux qui entreprennent

et qui ont des petits commerces pour survivre sont la

cible du ministère de l’Environnement

et de la Salubrité. Pour ce ministère, la question de la

salubrité et de l’environnement se résume à la destruction des

biens de personnes dans les quartiers. Et puis y a rien.

….. Il n’y aurait pas manque d’eau

Autre de source de souffrance des Ivoiriens, c’est le manque

d’eau dans les robinets. Actuellement et à titre d’exemple, à

yopougon, si vous ne vous réveillez pas pour réserver l’eau

entre 1h et 3h du matin, vous n’aurez pas d’eau tout le reste

de la journée. C’est à un véritable délestage que nous assistons

dans la plus grande commune de Côte d’Ivoire.

. Il n’y aurait pas tant de morts dans les hôpitaux

Que dire de nos hôpitaux ?

 

Ils ont devenus de véritables mouroirs. Quand dans un pays qui a

à peine 70% de couverture médicale, on trouve des docteurs

en médecine au chômage, c’est un drame. Et c’est le cas de la

Côte d’ivoire sous Ouattara. La gratuité des soins dont parle le

gouvernement n’existe en réalité que dans l’imagination de

ceux qui en parlent. Au grand Centre hospitalier universitaire

de Cocody, il n’y a même pas de scanner. Les pharmacies

des hôpitaux sont vides. Tout s’achète dans les pharmacies

privées. de sorte que celui qui n’a pas d’argent et qui se rend

à l’hôpital, c’est avec la mort qu’il prend rendez-vous. Or si

Ouattara n’avait pas été là, l’Assurance maladie universelle que le président gbagbo se proposait de mettre en place et

qui n’était plus qu’à la phase d’expérimentation aurait aujourd’hui

été une réalité et les

Ivoiriens s’en porteraient mieux.

…. Il n’y aurait pas de division entre Ivoiriens

Sous Alassane dramane Ouattara, les Ivoiriens sont divisés.

Les uns sont devenus les ennemis des autres du fait de la

guerre de Ouattara. Les Ivoiriens sont des gueulards certes,

tout le monde le sait. mais ça s’arrête-là. Un Ivoiriens n’était

pas capable de lever la machette sur un autre Ivoirien, à

plus forte raison prendre un fusil contre son frère. mais depuis

que Ouattara a envoyé la guerre dans ce pays, tout est sens dessus-

dessous. Les Ivoiriens ont perdu le  sens du vivre ensemble.

Les conflits à l’Ouest où les baoulés et les guérés se tailladent

à la machette est la résultante de la guerre de Ouattara.

Ce sont des choses qui n’ont pas eu lieu sous le président

Houphouët-boigny et bédié ;cela n’a pas non plus eu lieu

sous le général Robert guéi et le président gbagbo. Ces affrontements fratricides résultent de la volonté des combattants

de l’ex-rébellion de Ouattara d’exproprier les populations de

l’Ouest de leurs terres.

…..La Côte d’Ivoire n’aurait été bradée          

En fait, sous Ouattara la Côte d’Ivoire n’a plus d’âme. En ce

sens qu’elle n’a plus de secteur

stratégique qui soit l’expressionde sa souveraineté. Les secteurs

stratégiques comme l’eau,

l’électricité et le téléphone sont aux mains de bouygues et compagnie.

Toute la façade de la lagune Ebrié a été vendue au

maroc. La Côte d’ivoire n’existe plus que de nom, tant tout est

aux mains de l’étranger.

Quel est ce chef d’Etat qui, au lieu de protéger son pays,

brade tout y compris l’âme de

celui-ci ? C’est le cas de Ouattara.

Comme on peut aisément le constater, l’avènement de Ouattara

dans la vie politique de la

Côte d’Ivoire est une véritable

catastrophe.

Pour tout dire, si Alassane Ouattara n’était pas aux commandes

en Côte d’Ivoire, le pays n’aurait pas été divisé ; des Ivoiriens ne

seraient pas devenus des ennemis d’autres Ivoiriens. Il n’y aurait

pas eu de politique de rattrapage. Les Ivoiriens ne seraient

pas aussi pauvres qu’ils le sont aujourd’hui. Le chômage

aurait considérablement été jugulé.

L’école serait devenue véritablement

gratuite. L’Assurance maladie universelle

aurait été une réalité à ce jour

etc.

Enfin si Ouattara n’avait pas été là, la Côte d’Ivoire s’en porterait

mieux au plan social.