Condamnée en mai dernier à verser 8,75 milliards de F CFA à Thierry Tanoh, la filiale locale d'Ecobank voit saisir ses actifs dans toutes les banques de la Place et auprès de quelques grandes entreprises. Documents exclusifs.

 

Nouvelle escalade dans le conflit opposant Thierry Tanoh à Ecobank Transnational Incorporated (ETI). Le dirigeant ivoirien, qui obtenu la condamnation de son ancien employeur à lui verser 7,5 milliards de F CFA (11,43 millions d’euros) pour diffamation et injure et 5,7 milliards de F CFA pour rupture abusive de son contrat de travail, a lancé une procédure pour la saisie des actifs d’Ecobank Côte d’Ivoire dans les caisses des principales banques et grandes entreprises ivoiriennes.

Majoration

Les opérations de saisie, conduites du 09 au 16 juillet 2015, font suite à la condamnation en mai dernier de cette filiale d’ETI à payer 8,75 milliards de F CFA au dirigeant ivoirien, en lieu et place de sa maison-mère, pour avoir transféré des dividendes attachés aux actions d’ETI, en dépit d’une saisie réclamée par Thierry Tanoh. Cette somme a été portée à 9,39 milliards de F CFA, en raison d’une majoration des dommages et intérêts prononcée par la Cour d’appel d’Abidjan le 12 juin.

Selon les documents consultés par Jeune Afrique, Thierry Tanoh a demandé la saisie des actifs d’Ecobank Côte d’Ivoire dans 23 établissements bancaires basés en Côte d’Ivoire et dans 4 grandes entreprises – la Société ivoirienne de raffinage, la Compagnie ivoirienne d’électricité, le spécialiste du transport de fonds Brink’s West Africa et Air Côte d’Ivoire.

Actifs

Selon un directeur de banque basé à Abidjan, tous les établissements concernés sont tenus de procéder à la saisie demandée par Thierry Tanoh. Dans les faits, seuls les banques United Bank for Africa (UBA), NSIA Banque CI et la BICICI (filiale de BNP Paribas) ont indiqué disposer d’actifs appartenant à Ecobank Côte d’Ivoire. Ces ressources atteignent à peine 82,8 millions de F CFA, même en tenant compte des 65,9 millions de F CFA qui ont fait l’objet de saisies antérieures à celle ordonnée ce mois-ci.

C’est du côté de la Société ivoirienne de raffinage (SIR) que les avocats de Thierry Tanoh ont mis à jour les plus importants actifs appartenant à Ecobank Côte d’Ivoire : 60 milliards de F CFA en crédits de court-terme, 72,18 millions de dollars et 37,27 millions d’euros en garanties bancaires (lettres de crédit).

 

Ecobank Côte d’Ivoire a jusqu’au 24 août pour contester ces saisies devant le président du tribunal de Commerce d’Abidjan.

Source

Jeune Afrique