Tiassalé a connu des heures chaudes ce vendredi 25 août 2017. Selon une dépêche de l'agence ivoirienne de presse (AIP), un affrontement a été évité de justesse entre gendarmes et gardes pénitentiaires de la ville du sud du pays. Les faits.

 

 

 

 

 

 

De  sources concordantes, un réseau de trafiquants de drogue s’est constitué à la maison d’arrêt et de correction de Tiassalé. Un réseau qui impliquerait des agents d’encadrement pénitentiaire.

 

Une enquête a donc été ouverte par le bureau du procureur de la ville. Et elle a déjà permis de mettre derrière les barreaux un garde pénitentiaire, en juillet dernier.

 

Ce vendredi 25 août, dans le cadre de la même enquête, un autre garde pénitentiaire du même établissement est convoqué à la brigade gendarmerie. Il s’agit du sergent Konaté Mankan, soupçonné de trafic de stupéfiants et d’autres actes délictueux (notamment utilisation de son téléphone par les détenus pour communiquer avec l’extérieur).

 

Alors qu'il est entendu par les gendarmes, une dizaine de ses collègues, très remontés, investissent les locaux de la brigade. Ils exigent que le sergent Konaté soit libéré et crient au harcèlement. Le ton monte.

 

Il faudra l’intervention du commandant de brigade et le retour du sergent Konaté à son service pour que le calme revienne.