L’information fait le tour des réseaux sociaux depuis ce week-end. Plusieurs sites d’informations annoncent une évacuation d’urgence du colonel Issiaka Ouattara dit Wattao en Europe pour des soins.

En effet, depuis le jeudi dernier, l’ex-commandant de la Garde républicaine est bel et bien sorti du pays. Wattao a effectivement quitté Abidjan pour des soins hors du pays. Mais, l’ancien ‘’Comzone’’, contrairement à ce qui se dit sur son compte n’est pas en Europe. Il séjourne depuis le vendredi dernier aux Etats-Unis, aux côtés de sa famille qui y réside, pour y poursuivre un traitement entame en Côte d’Ivoire.
De quoi souffre l’officier de l’armée dont les dernières personnes à l’avoir perçu parle de la méforme perceptible par son apparence. Le ‘’Saha bélé bélé’’ ou ‘’Serpent anaconda’’ comme on l’appelle en raison de sa taille et de sa corpulence physique, selon ces témoins, est très amaigri ces derniers temps.

Des sources très proches de l’homme, qui ont accepté de rompre le silence face à la vague des rumeurs qui enflent, ne font aucun mystère sur le mal qui ronge l’ancien patron des bérets rouge-sang. A en croire ces sources, Wattao est victime d’un « diabète aigu » qui l’a précipité hors du pays pour des soins plus adaptés. « Il était souffrant. Mais, on gérait sous forme de palu et de fatigue. Alors que c’était une affaire de diabète, jusqu’à ce que son médecin lui recommande de faire un test. Il a fait un test prononcé qui a révélé que son taux de glycémie est vraiment élevé, anormalement élevé. Comme c’était sérieux, on a décidé de l’envoyer en France, mais lui a préféré aller aux Usa pour profiter pour voir sa famille ».
Le choix des Etats-Unis

Ce n’est, en effet, pas par hasard que l’ex-patron de la Garde républicaine a choisi la destination américaine pour se soigner. En plus d’y retrouver sa famille, Wattao et les siens ont estimé que les Etats-Unis étaient le pays le mieux indiqué pour faire face à son mal. La raison, le pays de l’Oncle Sam est réputé pour ses populations obèses et ses cas de diabétiques. Ce qui en fait une des nations où le traitement de cette pathologie est des plus poussés. Ce qui justifie son choix plus ou moins complexe à respecter, car il fallait une autorisation expresse de la présidence de la République contrairement à la France qui demeure une destination plus accessible pour les Ivoiriens, y compris les ex-rebelles. « Il fallait une autorisation du chef de l’Etat, parce que c’est un peu plus compliqué. Il y a eu les négociations et il a pu partir », nous confie un proche de l’officier militaire.


Aux dernières nouvelles, le sous-chef d’état major en charge des unités rattachées à l’état-major aura entamé ses soins aux Etats-Unis pour stabiliser son état, un « diabète de type II » déclaré pour lequel il pourrait passer les prochaines semaines hors du pays. Wattao devrait faire la Noël avec sa famille au pays de l’Oncle Sam, toutefois son retour est prévu avant la fin de l’année, notamment la Saint Sylvestre au pays. De quoi rabâcher toutes les informations faisant état de discordances avec le pouvoir et d’empoisonnement dont il aurait été victime. « Nous sommes au quotidien avec lui, et jamais, nous n’avons eu un brin de soupçon du pouvoir sur lui. Il est directement lié à la présidence et au ministre d’Etat, Hamed Bakayoko. Il n’y a jamais eu de bruit à ce niveau », assure notre interlocuteur qui refuse de s’aventurer sur la thèse de l’empoisonnement en propagation.