Après un an de mariage, Dj Rodrigue et sa femme Valérie Yénane étaient à deux doigts du divorce au mois de juillet. N’eût été la capacité de persuasion du Magistrat Bruno Jerot, juge des familles du Tribunal de Seine Saint-Denis, en région parisienne.

Le gros nuage qui planait sur l’avenir du couple Dj Rodrigue et sa femme Valérie Yénane, s’est dissipé. L’artiste qui avait engagé unilatéralement une procédure de divorce auprès du Tribunal de Seine Saint-Denis, en Île de France, est revenu à de meilleurs sentiments. Grâce à la conciliation menée pendant plusieurs jours par le juge des familles, Bruno Jerot, entre Rodrigue et Valérie.

«Quand le juge nous a écoutés tous les deux le 19 juillet, il nous a fait comprendre qu’il n’y avait pas vraiment de raison sérieuse pour divorcer. Avec des mots justes, il nous fait prendre conscience que c’étaient de petites incompréhensions, qu’il fallait lever. Le juge a parlé plusieurs fois avec nous et il nous a réconciliés. J’ai arrêté la procédure de divorce et je suis retourné au domicile conjugal au Bourget, avant la fin du mois de juillet et tout se passe bien», explique le chanteur que nous avons joint par téléphone à Paris, dimanche dernier.

Selon lui, son épouse Valérie ne voulait pas divorcer. Elle l’a signifié au Juge, en précisant qu’elle l’aimait toujours. Même si le “champion de l’atalaku Akyé” se disait agacé au plus haut point par les scènes de ménage de sa femme. L’épouse de Dj Rodrigue lui reprochait en effet de sortir ou de voyager un peu trop pour faire son métier de chanteur.

«C’étaient des palabres à n’en point finir. J’ai eu l’impression que Valérie avait oublié qu’elle avait épousé un artiste. Et ça, le Juge le lui a bien fait comprendre. Tout en me demandant également de faire un effort, pour mieux m’organiser, afin d’être présent le plus possible auprès de madame et nos quatre enfants», dit-il.

L’artiste Gadji Céli Saint Joseph et le mécène Jean-Claude Yodé, par leurs conseils, ont contribué aussi au retour de la paix au sein du couple Boni. Sauvant ainsi un mariage célébré avec fastes le 20 juillet 2013 à Paris. Avec une forte participation de la communauté ivoirienne. Dont certains membres avaient commencé à se demander si l’artiste ne s’était pas uni à Valérie par intérêt; Tout juste pour avoir des papiers français. Alors qu’il les a déjà. Car, il est français de par sa mère.

Tout est donc bien, qui finit bien. Pour faire taire les ragots, comme il le dit lui-même.

 

Retrouvez l'original de cet article sur topvisages.net