Un bus de la Société des transports abidjanais (Sotra, publique) a été « brûlé » vendredi par des manifestants à Vridi-cité, un sous-quartier de la commune de Port-Bouet, dans le Sud de la capitale économique ivoirienne, a-t-on appris auprès de la direction de la structure.

 

L’incident est survenu vendredi vers 6H00 (GMT) à Vridi-Cité, a  résidant dans ce sous-quartier.

 

Cet acte intervient au lendemain d’une manifestation à Abidjan et à l’intérieur du pays des jeunes de la Coalition pour le changement (CNC), un regroupement de partis politiques de l’opposition, qui réclament le « respect » de la Constitution.

 

 

 

Selon des leaders de l’opposition ivoirienne, l’actuel chef de l’Etat Alassane Ouattara, qui brigue un second mandat à la magistrature suprême, ne devrait pas être éligible parce que la question sur sa nationalité a été « réglée politiquement et non juridiquement ».

 

M. Ouattara dont la candidature avait été rejetée en 2000, à la suite d’une remise en cause de sa nationalité, a pu prendre part à la présidentielle de 2010 après un « accord politique » à Pretoria (Afrique du Sud).

 

Le Conseil constitutionnel a déclaré mercredi éligibles dix candidats sur 33 prétendants. M. Ouattara, candidat à sa propre succession, a été déclaré « éligible » et sera face à ses principaux opposants dont les ex-Premiers ministres Affi N’Guessan, Charles Konan Banny et l’ex-diplomate Essy Amara.

 

Deux bus de la Sotra ont été « cassés » jeudi au palais de justice et deux autres « brûlés » à Yopougon, une commune populaire dans l’Ouest de la capitale économique ivoirienne, lors des manifestations de la jeunesse de la CNC.

 

 

autre presse