Un Instituteur de Boundiali reçoit une demande d'explication pour avoir employé le mot « sauvage ».

Un Instituteur de Boundiali reçoit une demande d'explication pour avoir employé le mot « sauvage ».

 

La Ministre Kandia Camara promettait lors du bras de fer entre son cabinet et Mesmin Comoé une « riposte sauvage et inoubliable » aux instituteurs grévistes. Hé bien, un instituteur de l’EPP Dossafè à Boundiali a reçu une demande d’explication écrite, notifiée par la Direction régionale pour avoir utilisé le terme "Sauvage " 

 

La Ministre Kandia Camara, après les sanctions de révocation et de mutation de Directeurs et d’Instituteurs d’écoles primaires, verse à présent dans le ridicule en pourchassant tous les instituteurs qui reprennent dans leurs discours le mot « sauvage » qui semble être son apanage désormais.

 

Kandia Camara, à la recherche de griefs pour incriminer les instituteurs du primaire, est tombée dans le ridicule en ordonnant une demande d’explication écrite à un instituteur de l’EPP Dossafè à Boundiali, notifiée par la Direction régionale. Cette Direction est allée fouiner sur le compte Facebook de l’instituteur pour lui reprocher d’avoir librement écrit ceci le 07 octobre 2016 dernier :

 

« Suite et fin de la tournée sauvage de mobilisation, militants et sympathisants du MIDD (Mouvement des Instituteurs pour la Défense de leurs Droits), Section Boundiali avec à sa tête le Secrétaire général local (…) dans un post vous terminez par : sauvagement votre honneur et dignité, » relate la note de la Direction régionale.

 

Et de poursuivre : « Je vous demande de m’expliquer, pour l’instituteur que vous êtes donc éducateur, ayant des droits qu’il prétend défendre (au mépris de ceux des enfants) ce que signifient les termes sauvages et sauvagement, » ordonne-t-il. Cette lettre porte le cachet du Lundi 17 et il est donné 48heures au récipiendaire pour y répondre.

 

Toutefois, pour réduire la sauvagerie dans le milieu éducatif ivoirien, la Ministre Kandia Camara et le sg du MIDD, Mesmer Komoé, se sont rencontrés. Pour l’heure, les cours de mercredi sont toujours mitigés. 

 

Avec Afrique sur 7